Montravel AOC du Bergeracois (sud-ouest), vin blanc sec et vin rouge : Montravel viendrait du latin in monte revelationen – en montant, j’ai eu la révélation. Quel belle promesse pour cette appellation qui se situe à l’extrême ouest du département de la Dordogne ! C’est le premier vignoble bergeracois que l’on découvre en quittant la Gironde. Montravel jouxte en effet les aires de production des AOC Côtes de Castillon et Sainte-Foy-Bordeaux.

Au départ, Montravel fut le nom d’un petit village fortifié dominant la vallée de la Dordogne. Ce village fût rasé sous l’autorité de Louis XIII en 1622. Longtemps, l’histoire de ce vignoble se confondit avec celle de ses voisins bordelais. La juridiction de Montravel fut jusqu’à la Révolution, la propriété de l’archevêché de Bordeaux, jouissant de ce fait du privilège spécial de faire entrer librement ses vins à Bordeaux.

La vigne profite ici d’un sol idéal pour une production de vins blancs. Elle s’étale en terrasses au-dessus de la vallée de la Dordogne dont les sols sont tapissés de graviers, de sables et d’alluvions et sur les plateaux, on trouve une prédominance calcaire et argilo-calcaire.

Montravel, une déclinaison de 4 appellations

Montravel s’étend sur quatorze communes dont le cœur de l’appellation se situe sur les coteaux de la commune de Fleix. Le vignoble, d’une superficie de 1 463 hectares de vignes blanches et 1 747 hectares de vignes rouges, s’étend sur 14 communes au total pour l’appellation Montravel, dont 9 communes pour l’appellation Côtes de Montravel et 5 communes pour l’appellation Haut-Montravel. Mais, seuls, 380 ha de vignes blanches ont revendiqué l’appellation Montravel pour une production de 19 500 hl.

I/ AOC Montravel Blanc (sec) : ce sont des vins de plaine, titrant de 10 à 13% vol. Ils sont secs mais contiennent au moins 4 grammes de sucre résiduel. Ils sont issus principalement d’un assemblage de sémillon, de sauvignon et de muscadelle. Le sauvignon ici est largement dominant (l’ondenc et le chenin blanc peuvent aussi servir à leur élaboration). Très aromatiques, ces vins se caractérisent par une généreuse structure en bouche, des arômes de fleurs blanches. Lorsqu’ils sont élaborés selon les techniques de macération pelliculaire ou de fermentation et d’élevage sur lies, ce sont des vins plus ronds, mieux structurés, qui développent des arômes plus complexes. Ils peuvent être bus jeunes mais ils méritent d’être attendus 2 à 3 ans

 Les 14 communes de l’appellation

  • Bonneville et Saint-Avit-de-Fumadières
  • Fougueyrolles
  • Lamothe-Montravel
  • Montazeau
  • Montcaret
  • Montpeyroux
  • Nastringues
  • Port-Sainte-Foy-et-Ponchapt
  • Saint-Antoine-de-Breuilh
  • Saint-Méard-de-Gurçon
  • Saint-Michel-de-Montaigne
  • Saint-Seurin-de-Prats
  • Saint-Vivien
  • Vélines

II/ AOC Montravel Rouge : les environs de Vélines produisaient un vin rouge qui porte depuis 2001, l’AOC Montravel. Ce Montravel rouge s’est doté de conditions de production très strictes qui font aujourd’hui références dans le Bergeracois : une obligation pour l’assemblage d’un minimum de 50% de merlot (plus cabernet sauvignon, cabernet franc et côt), suivi parcellaire des conditions de production, élevage des vins sur 18 mois, agrément après mise en bouteilles etc. La couleur est intense, le nez marie des notes de fruits très mûrs à des notes grillées et légèrement vanillées, la bouche est pleine, ample, la finale longue. C’est un vin de grande richesse, structuré et puissant, à boire entre deux et dix ans. On peut dire que ce Montravel rouge est à mi-chemin entre le charme viril des Bergerac et le charme plus féminin des Saint-Emilion.

III/ AOC Côtes de Montravel (mœlleux) : cette appellation s’applique à des blancs de coteaux, moelleux, issus de sémillon, de sauvignon, et de muscadelle. L’ondenc et le chenin blanc peuvent également servir à leur élaboration. Légèrement moelleux, ils assurent une parfaite transition entre les Montravel (des blanc sec) et les Haut-Montravel (des vins mœlleux ou liquoreux). Le titrage de ces vins est compris entre 12% et 15% (et ne peut être inférieur à 11%) et la teneur en sucre doit être comprise entre 8 grammes minimum et 54 grammes maximum par litre. Ces vins recèlent une grande complexité aromatique avec des notes florales qui s’expriment avec une agréable légèreté. Ils gagnent à vieillir quelques années.

IV/ AOC Haut-Montravel (mœlleux ou liquoreux par dérogation) : ils sont mœlleux parce qu’issus de vendanges passerillées, ils peuvent par dérogation être liquoreux lorsque les raisins sont botrytisés comme l’AOC Saussignac voisine. A l’instar des Côtes de Montravel, le titrage de ces vins est compris entre 12% et 15% (et ne peut être inférieur à 11%) et la teneur en sucre doit être comprise entre 8 grammes minimum et 54 grammes maximum par litre. Ils possèdent une excellente aptitude au vieillissement. Les liquoreux sont suaves et de grande concentration.

Enfin, n’oublions pas que c’est à Lamothe-Montravel, commune viticole sur la rive droite de la Dordogne, entre Castillon à l’ouest et Sainte-Foy-la-Grande à l’est, que naquit en 1533, Michel Eyquem de Montaigne, auteur des Essais, dans le château qui porte son nom.