Munson (Thomas Volney) citoyen américain (1843-1913) : ce texan horticulteur de génie, spécialiste des espèces indigènes de raisin américain fut l’un des sauveurs du vignoble européen et de son industrie vinicole anéantis par la catastrophique invasion du phylloxera. Ce puceron venu d’Amérique devait à partir de 1872 détruire notamment 80 % des vignes françaises.

Thomas Munson passionné par la vigne avait déclaré au sujet du raisin que c’était le fruit le plus beau, le plus sain et le plus nutritif ajoutant qu’il était le plus sûr et le plus rentable des fruits qui puissent être cultivés. Il en fit l’objet de toutes ses recherches.

Une vigne « miracle » sur des terrains secs et calcaire du Texas

A cette catastrophe qui balayait l’Europe et principalement la France, un premier constat est établi : les pieds de vigne qui furent importés des Etats-Unis en Europe sont les propagateurs de l’insecte. Deuxième constat : les vignes américaines résistent à ce même insecte (mais le vin qu’elles donnent n’est guère buvable). Pour analyser cette anomalie, Pierre Viala (1859-1936) spécialiste des pathologies de la vigne (il sera l’auteur plus tard avec Victor Vermorel, d’une monumentale Ampélographie, traité général de viticulture en 7 volumes) se rend aux Etats-Unis. On sait que les vignes là-bas peuvent servir de porte-greffes aux cépages  français mais elles tolèrent mal le calcaire. Viala durant l’année 1887, trouvera auprès de Thomas Munson installé à Denison Texas, à la frontière du Texas et de l’Oklahoma à quatre miles du lac Texoma (et à 75 miles au nord de Dallas) la solution. Ici, les terrains sont secs et calcaires, c’est ce que Viala recherchait. Ensemble avec Munson, ils vont sélectionner*  Vitis berlandieri, Vitis cinerea et Vitis cordifola d’où sortira le célèbre porte-greffe 41B, croisement de Vitis berlandieri et de Vitis vinifera.

On lui décerne la Légion d’honneur

Le gouvernement français reconnaissant envoyait en 1888 une délégation à Denison pour  remettre à Thomas Munson la Légion d’honneur,  le faisant Chevalier du Mérite Agricole. Il devint membre d’honneur de la Société d’Agriculture et membre honoraire de la Société des Viticulteurs de France. De plus, à défaut de lui élever une statue (il en existe), une charte de jumelage entre Denison (25.000 habitants) et Cognac a été signée en octobre 1993.

* Il fallait s’assurer que le vinifera ainsi greffé gardait sa spécificité. Des vignerons résistèrent de peur que les porte-greffes américains, ne transmettent le goût du vin d’outre-Atlantique aux vins français mais il n’en fut rien.