Muscat de Beaumes de Venise AOC, vin doux naturel (vallée du Rhône) : au sud de Gigondas dans la vallée du Rhône, et avant d’arriver à Beaumes, une brève visite s’impose à la chapelle Notre-Dame d’Aubune d’une beauté exceptionnelle surmontée de son clocher carré, joyau de l’art roman du XIIe siècle. Mais peut-être, est-ce la chapelle Saint-Roch construite lors de la Peste de 1586 épargnant Beaumes qui attirera votre attention ? Ces quelques minutes de recueillement seront sans doute nécessaires avant de pénétrer dans l’aire d’appellation d’un des meilleurs vins doux de France : le Muscat de Beaumes de Venise. Le nom viendrait des grottes Balmes (en provençal) qui  surplombent son vignoble. Le qualificatif de Venise dérive de Venaissin, célèbre Comtat, propriété des Papes.

Là où vignes et oliviers se partagent le terroir

Le vignoble s’étage sur le versant sud-est des Dentelles de Montmirail (entre 100 et 600 m), dans le nord du Vaucluse, là où vignes et oliviers se partagent harmonieusement le paysage. Très apprécié depuis les papes d’Avignon, ce vin doux naturel a pourtant connu un long purgatoire dont il sort aujourd’hui renforcé avec une production sans cesse en augmentation (13 000 hl sur 500 ha avec un rendement autorisé de 30 hl/ha).

Un unique cépage, le muscat à petits grains

Cet excellent muscat, à la robe jaune-or tirant parfois légèrement vers le rose, doit son exceptionnel arôme de raisin frais et de pêche mûre à l’unique cépage qui le compose : le muscat à petits grains (blancs et noirs)* qu’on appelle aussi muscat de Frontignan. Depuis 1943, seuls ont droit à cette appellation les vins récoltés sur un territoire délimité des communes de Beaumes-de-Venise et d’Aubignan. D’ailleurs, les Vignerons de l’appellation sont les seuls à cultiver ce cépage dans la Vallée du Rhône.

Restanques ou faysses

Il faut voir l’extraordinaire travail qu’ils ont accompli sur ce terroir d’exception depuis des générations, ces restanques appelées également faysses, murets de pierres sèches qui strient le versant pour faciliter le travail et optimiser l’exposition des vignes. Elles sont devenues terrasses, et le terroir du muscat s’est établi principalement sur des sols sableux non caillouteux, issus de safre helvétien (miocène moyen) datant environ de 14 millions d’années.

Sur un melon frais ou un foie gras poêlé

A l’instar des autres vins doux naturels (VDN), le procédé consiste, par mutage des moûts à l’alcool, à interrompre artificiellement la fermentation du vin par ajout d’alcool. On obtient ainsi des vins doux, c’est-à-dire des vins contenant du sucre non converti en alcool. Les vins doivent contenir un minimum de 110 g de sucre par litre de moût. Un vin à la robe paille, au nez de fruits jaunes confits, d’abricot, d’orange, de zestes d’agrumes, de citron, un vin équilibré, franc, corsé, moelleux et soutenu par une belle nervosité. Il s’appréciera en été avec un melon bien frais ou sur un foie gras poêlé.

Pline l’Ancien, au Ier siècle de notre ère, dans son Histoire Naturelle, le surnommait la vigne des abeilles, sans doute pour la longueur et la douceur en bouche de ce nectar exceptionnel. Un bien bel hommage !

Pour information : en 2005, les rouges de Beaumes-de-Venise ont accédé au rang de Cru des Côtes du Rhône, couronnant 20 années d’efforts qualitatifs depuis l’obtention en 1978 de l’appellation Côtes du Rhône Village communal (encépagement : Grenache noir 50% minimum, Syrah 25%, Mourvèdre et autres cépages de l’Appellation admis 20% maximum, 5% de cépage blanc).

* Très curieusement, certaines parcelles se sont prêtées à une mutation du plant pour donner des baies roses ou même rouges.