Muscat de Lunel, célèbre vin doux naturel (VDN) est une appellation qui couvre les communes de Lunel, Lunel-Viel, Vérargues et Saturargues sur 330 ha. Les vignes sont implantées autour de Lunel, à mi-chemin entre Montpellier et Nîmes, sur des sols de grès à cailloutis siliceux rouges. Ce terroir doucement vallonné aux galets ocres et roulés, baigné par les brises marines est constitué de diluvium alpin, alluvions qui recouvrent d’une calotte de cailloux siliceux les assises calcaires de collines ensoleillées et ouvertes sur la mer.

Un seul cépage autorisé, le muscat de Frontignan

Les vins ayant droit à l’appellation Muscat de Lunel doivent obligatoirement provenir du cépage muscat à petits grains dit Muscat de Frontignan à l’exclusion de tous autres. Le muscat de Lunel comme les autres vins doux naturels sont obtenus par mutage. Cette vinification impose par décret, de stopper la fermentation en cours par l’ajout d’alcool pur (5 à 10 % du volume de la cuve est rajouté en alcool sur le moût en fermentation). L’opération est très précise et doit être réalisée au bon moment pour conserver au vin fini, au moins 125 g de sucre naturel de raisin par litre. L’alcool acheté, doit provenir de la distillation de vins, il est extra neutre de goût et titre 97°.

Un muscat très tôt à l’honneur

En 1750, Jean-Jacques Rousseau le qualifiait de meilleur muscat d’Europe. C’était aussi l’avis en 1760 du voyageur anglais Sterne. Il fut aussi l’un des trois vins que Pauline Borghese faisait envoyer à son frère Napoléon Bonaparte à Sainte-Hélène.

Ce vin à la robe claire aux nuances paille, à l’expression variétale évidente est surtout dominée par des caractères de fruits secs et confits (pâte de coing, écorce d’orange, abricot sec). L’appellation recense 6 caves particulières et une cave coopérative (créée en 1957) qui regroupe plus de 90 coopérateurs.