Le noir de Pressac cépage rouge bordelais est synonyme de malbec ou côt ou auxerrois. C’est au château de Pressac que, de 1737 à 1747, Vassal de Montviel implanta dans ses vignobles un cépage noble originaire du Quercy : l’auxerrois. Le cépage pris ensuite le nom de noir de Pressac. Plus tard, le sieur Malbek l’emmena dans le Médoc, et le cépage fut appelé malbec.

Le château de Pressac

Placé sur le plateau calcaire s’étendant de Saint-Emilion à Belvès-de-Castillon, le château de Pressac* surplombe de 80 m le niveau de la Dordogne. Le domaine est d’un seul tenant. Les 36 ha de vignes sont partagés en 3 types de sols : le plateau, les coteaux et les pieds de côtes. Ces trois parties sont à peu près d’égale surface. Les coteaux souvent très escarpés, sont majoritairement exposés au sud. L’ensoleillement est donc maximal et favorise la bonne maturation du raisin. La propriété a été reprise en 1997 par Jean-François Quenin (ancien directeur général de Darty) et Dominique Quenin, qui ont entrepris de gros travaux de réaménagement tant dans les vignes qu’au chai. Cinq ha de terrasses ont notamment été créés qui sont en partie cultivées avec l’aide du cheval. Il a réintroduit également le noir de Pressac et le carmenère cépage noir autrefois largement présent dans la région mais jamais replanté depuis la crise du phylloxera.

*C’est ici même, au château de Pressac, à l’issue de la bataille de Castillon, qu’a été signé le 20 juillet 1453 la reddition mettant fin à la guerre de 100 ans.