Pays (Vins de Pays) IGP

Vins de Pays ou IGP (Indication Géographique Protégée) : les Vins de Pays sont nés à la fin des années 60 dans le but de valoriser certaines production en dehors des appellations d’origine contrôlée. En moins de 40 ans, la reconnaissance du travail de qualité fourni par les producteurs de Vins de Pays a largement dépassé les frontières françaises puisque elle a été officialisée par l’Union Européenne.

Des Vins de Pays devenus IGP

Depuis le 1er août 2009, les Vins de Pays sont enregistrés en tant qu’Indication Géographiques Protégée (IGP) par la Commission Européenne. Cette reconnaissance officielle en tant que signe officiel de qualité par l’Union Européenne confère aux vins de pays une protection internationale renforcée contre toute usurpation.

Ils proviennent exclusivement de zones géographiques possédant un ensemble de caractéristiques géologiques, pédologiques et climatiques homogènes. Ils répondent à des conditions strictes de productions fixées par un cahier des charges* et contrôlées tout au long de la filière, telles que le rendement maximum, le degré alcoolique minimum, l’encépagement et des normes analytiques strictes.

2011, premier millésime IGP/Vins de Pays

Ainsi la réorganisation des Vins de Pays /IGP est effective depuis le millésime 2011.Une constatation ! Le nombre d’IGP a été considérablement réduit, passant de 153 à 75, dans un objectif de rationalisation et de simplification de l’offre. Elle regroupe aujourd’hui environ 35 000 exploitations spécialisées dans les vins de pays. La production est de l’ordre de 12 millions d’hectolitres de vins.

Production 2010 des Vins de Pays/IGP

  • Alsace-Est : 1539 hl
  • Aquitaine : 16 857 hl
  • Centre-Est : 17 363 hl
  • Charente : 89 036 hl
  • Corse : 239 537 hl
  • Languedoc-Roussillon : 7 575 241 hl
  • Midi-Pyrénées : 946 806 hl
  • Val de Loire : 309 008 hl
  • Vallée du Rhône-Sud-Est : 1 042 657 hl

La liste 2011 des 75 Vins de Pays/IGP

  • Agenais (Sud-ouest)
  • Alpes-de-Haute-Provence (Vallée du Rhône-Provence)
  • Alpes-Maritimes (Vallée du Rhône-Provence)
  • Alpilles (Vallée du Rhône-Provence)
  • Ardèche (Vallée du Rhône-Provence)
  • Ariège (Sud-ouest)
  • Atlantique (Atlantique-Périgord)
  • Aude (Languedoc-Roussillon)
  • Aveyron (Sud-ouest)
  • Bouches-du-Rhône (Vallée du Rhône-Provence)
  • Calvados (Val de Loire-Centre)
  • Cévennes (Languedoc-Roussillon)
  • Charentais (Charentes-Cognac)
  • Cité de Carcassonne (Languedoc-Roussillon)
  • Collines Rhodaniennes (Bourgogne-Beaujolais-Jura-Savoie)
  • Comté Tolosan (Sud-ouest)
  • Comtés Rhodaniens (Vallée du Rhône-Provence)
  • Côte Vermeille (Languedoc-Roussillon)
  • Coteaux de Coiffy (Bourgogne-Beaujolais-Jura-Savoie)
  • Coteaux de Glanes (Sud-ouest)
  • Coteaux de l’Ain (Bourgogne-Beaujolais-Jura-Savoie)
  • Coteaux de l’Auxois (Bourgogne-Beaujolais-Jura-Savoie)
  • Coteaux de Narbonne (Languedoc-Roussillon)
  • Coteaux de Peyriac (Languedoc-Roussillon)
  • Coteaux de Tannay (Val de Loire-Centre)
  • Coteaux d’Ensérune (Languedoc-Roussillon)
  • Coteaux des Baronnies (Vallée du Rhône-Provence)
  • Coteaux du Cher et de l’Arnon (Val de Loire-Centre)
  • Coteaux du Libron (Languedoc-Roussillon)
  • Coteaux du Pont du Gard (Languedoc-Roussillon)
  • Côtes Catalanes (Languedoc-Roussillon)
  • Côtes de Gascogne (Sud-ouest)
  • Côtes de la Charité (Val de Loire-Centre)
  • Côtes de Meuse (Alsace-Est)
  • Côtes de Thau (Languedoc-Roussillon)
  • Côtes de Thongue (Languedoc-Roussillon)
  • Côtes du Lot (Sud-ouest)
  • Côtes du Tarn (Sud-ouest)
  • Drôme (Vallée du Rhône-Provence)
  • Duché d’Uzès (Languedoc-Roussillon)
  • Franche-Comté (Bourgogne-Beaujolais-Jura-Savoie)
  • Gard (Languedoc-Roussillon)
  • Gers (Sud-ouest)
  • Haute Vallée de l’Aude (Languedoc-Roussillon)
  • Haute Vallée de l’Orb (Languedoc-Roussillon)
  • Haute-Marne (Bourgogne-Beaujolais-Jura-Savoie)
  • Hautes-Alpes (Vallée du Rhône-Provence)
  • Haute-Vienne (Sud-ouest)
  • Ile de Beauté (Corse)
  • Isère (Bourgogne-Beaujolais-Jura-Savoie)
  • Landes (Bordeaux-Aquitaine)
  • Lavilledieu (Sud-ouest)
  • Le Pays Cathare (Languedoc-Roussillon)
  • Maures (Vallée du Rhône-Provence)
  • Méditerranée (Vallée du Rhône-Provence et Corse)
  • Mont Caume (Vallée du Rhône-Provence)
  • Pays d’Hérault (Languedoc-Roussillon)
  • Pays d’Oc (Languedoc-Roussillon)
  • Périgord (Atlantique-Périgord)
  • Puy-de-Dôme (Val de Loire-Centre)
  • Sable de Camargue (Languedoc-Roussillon)
  • Sainte-Marie-la-Blanche (Bourgogne-Beaujolais-Jura-Savoie)
  • Saint-Guilhem-le-Désert (Languedoc-Roussillon)
  • Saône-et-Loire (Bourgogne-Beaujolais-Jura-Savoie)
  • Thézac-Perricard (Sud-ouest)
  • Vallée du Torgan (Languedoc-Roussillon)
  • Urfé (Bourgogne-Beaujolais-Jura-Savoie)
  • Val de Loire (Val de Loire-Centre)
  • Vallée du Paradis (Languedoc-Roussillon)
  • Var (Vallée du Rhône-Provence)
  • Vaucluse (Vallée du Rhône-Provence)
  • Vicomté d’Aumelas (Languedoc-Roussillon)
  •  Vin des Allobroges (Bourgogne-Beaujolais-Jura-Savoie)
  • Vins de la Corrèze (Sud-ouest)
  • Yonne (Bourgogne-Beaujolais-Jura-Savoie)

 IGP, un étiquetage clair

L’étiquetage de tous les vins IGP fait référence à ce signe communautaire, par la mention Indication Géographique Protégée ou le logo IGP. La mention vin de pays ne disparaît pas pour autant des étiquettes afin que le consommateur puisse faire le lien puisque chaque opérateur est libre de mentionner sur ses étiquettes les termes Vin de Pays.

 

*Le cahier de charge : le bénéfice d’une IGP est conditionné au respect d’un cahier des charges précis. Pour pouvoir utiliser le nom d’une IGP, tous les opérateurs, qu’ils soient viticulteurs, vinificateurs, éleveurs ou conditionneurs, doivent respecter le cahier des charges de cette IGP. Il s’agit un document officiel qui définit l’ensemble des conditions de production de l’IGP, de la vigne jusqu’au conditionnement. Il prévoit par exemple les rendements maximum, les cépages autorisés, la zone de production, les normes analytiques. Le cahier des charges est homologué par l’Etat français avant d’être soumis à la Commission européenne.