Prieuré-Lichine (château) Margaux (Bordeaux) Quatrième Cru (classement 1855) vin rouge : le château se situe dans la petite commune médocaine de Cantenac.  Sur les 77 ha du domaine, 70 ha sont consacrés à la vigne répartie sur les cinq communes de l’appellation Margaux. Ainsi, dénombre-t-on 52 ha sur l’appellation Margaux et 16 ha en appellation Haut-Médoc. La majorité des sols sont des graves garonnaises du Günz, conglomérat de galets, de graviers, de sables et de sédiments argileux apportés par le fleuve au quaternaire. L’encépagement (des vignes de trente ans d’âge moyen) est dans la plus pure tradition médocaine margalaise avec le cabernet sauvignon qui réussit à merveille sur les sols des sommets et des rebords de terrasses de graves. Le merlot pour sa part convient aux sols plus légers des palus, alors que le petit verdot, cépage de complément, demande des terres un peu plus fortes. Trois cépages qui se retrouvent  dans l’assemblage du château Prieuré-Lichine avec 65 % de cabernet sauvignon, 30 % de merlot et 5 % de petit verdot. Quant aux cépages blancs, sauvignon et sémillon (1,5 ha), ils se plaisent particulièrement sur les graves massives des arrières de la Rivière car elles conservent la chaleur du jour pour la restituer la nuit. Les vignes sont cultivées en mode raisonné, évitant le plus possible tout traitement chimique et les pesticides. La vinification s’opère en cuves équipées de thermo-régulation et de micro-oxygénation. Les vins sont élevés sur lies, élevage de 18 mois dans 50 % de barriques neuves.

La production annuelle est estimée à près de 400 000 bouteilles.

  • Second vin : Confidences de Prieuré-Lichine. C’est en 1972 qu’Alexis Lichine élabora ce second vin sous l’étiquette originelle de château de Clairefont. Des vignes plus jeune, de 25 ans d’âge, sur un sol gravelo-sableux avec 40 % de cabernet sauvignon et 60 % de merlot.
  •  Le Blanc de Prieuré-Lichine : le vignoble destiné à l’élaboration d’un blanc fut créé en 1990 sur une parcelle de 1,5 ha située sur la commune d’Arsac. Ce vin sec est constitué de sauvignon (80%) et 20% de sémillon.
  • Le Clocher de prieuré-Lichine : appellation Haut-Médoc. Il provient de parcelles attenantes au vignoble de château Prieuré-Lichine. Elles sont situées sur les communes de Cantenac et d’Arsac. Ce vignoble planté en 1981 atteint aujourd’hui sa pleine maturité.

Vignoble d’une abbaye médocaine

le prieuré-cure de Saint-Didier de Cantenac fut fondé à l’époque romane par les chanoines réguliers de Saint-Augustin établis en l’abbaye de Vertheuil. Durant la période anglo-gasconne de la Guyenne (1154-1453), cette abbaye médocaine,  étape majeure sur le Chemin de Saint-Jacques de Compostelle, possédait déjà un des plus grands vignobles du Médoc. Mais ce n’est qu’à partir du XVIIIe siècle que l’ensemble des terres du prieuré de Cantenac furent entièrement dédiées à la vigne.

Alors Prieuré  de Cantenac

A la Révolution, grâce à son curé, ce bien ecclésiastique ne fut pas sécularisés.  Ce fut seulement sous le Premier Empire que le Prieuré de Cantenac et ses terres furent vendues à une dynastie de bourgeois bordelais. Jusqu’en 1925, le domaine, appelé alors Prieuré-Cantenac, connût une suite d’associés successifs, période durant laquelle le château fut progressivement négligé jusqu’à son rachat par Alexis Lichine en 1951 alors qu’il ne restait plus que 4 ha de vignes. Il devait se porter également acquéreur d’un Deuxième Cru, un autre Margaux, château Lascombes  scellant à tout jamais son destin à cette terre médocaine.  Alexis Lichine, faut-il le rappeler avait quitté la Révolution russe à l’âge de 4 ans à destination de la France. Il devait y retourner  en prenant  part au débarquement d’août 1944 en Provence avec les troupes américaines. Il terminait la guerre avec le grade de Major comme aide de camp du Général Eisenhower.

Un demi siècle sous le règne d’un prince du vin

Dès  l’acquisition de château Prieuré-Cantenac, Alexis Lichine s’attelle à la reconstitution du vignoble pour lui donner son nom deux ans plus tard (Prieuré-Lichine). Grâce à une politique faite de patience et d’obstination, ce pionnier de la renaissance de l’appellation Margaux, dota son cru de nouveaux terroirs jusqu’à 70 ha. Il fit aussi reconstruire l’ancienne demeure ecclésiastique en modernisant les installations. Excellent vinificateur, dégustateur hors pair et grand promoteur des vins de Bordeaux, il publia en 1952  Les vins de France et en 1967,  L’encyclopédie des vins et alcools  (chez Robert Lafont) rééditée de nombreuses fois et traduite dans le monde entier. Il s’est éteint au Prieuré-Lichine le 1er juin 1989 où il repose.

Repris par le groupe Ballande

Son fils Sacha qui  prit brièvement la direction de château Priuré-Lichine dut le vendre en 1999 au Groupe Ballande, un groupe implanté principalement en Nouvelle Calédonie. Rien qu’en France, outre une propriété dans l’Entre-deux-Mers qui fait aujourd’hui 90 ha, le groupe est présent dans le négoce après l’absorption de deux sociétés bordelaises : Sovex Woltner et Bernard et Méneret, renommé Ballande et Méneret, spécialisé dans les grands crus en primeurs et vieux millésimes ainsi que le bourguignon Corton André.

Château Prieuré-Lichine est aujourd’hui dirigé par Justin Onclin PDG du groupe Ballande secondé par l’œnologue Etienne Charrier, responsable technique.