Les Côtes du Rhône septentrionales offrent homogénéité, prestige et qualité. Il s’agit d’une des plus vieilles régions viticoles française qui s’étend sur un secteur long et étroit de 65 km situé entre Vienne au nord, et Valence au sud couvrant pas plus de 1700 ha. Tout commence à une trentaine de kilomètres au sud de Lyon. La vigne suit fidèlement, comme canalisée, le cour du Rhône, souvent à l’aplomb du fleuve, sur des sols granitiques poreux et schisteux recouverts d’une fine couche de terre. La vigne y occupe les derniers contreforts du Massif Central, jusqu’à 300 m d’altitude ; des coteaux aux pentes abruptes descendant jusqu’au fleuve depuis l’ouest. La déclivité  peut atteindre 50 % au point qu’il faut retenir un sol très friable par des murets de pierre appelé chalais.

Des pierres rôties par le soleil

L’homogénéité géologique et climatique est évidente. Une grande partie du vignoble jouit d’un sol sableux, sec, maigre et acide. Ces Côtes, sur la bordure granitique du Massif central, possèdent toutes sortes de granites, des granites à mica noir, des granits clairs établis sur des terrasses sédimentaires (calcaire et marne). Partout la roche est en décomposition, donnant des sols sableux, graveleux et bien drainés. En somme, tout ce qui convient à la vigne.

Huit crus exceptionnels

C’est un alignement presque ininterrompu de huit crus exceptionnels à la réputation légendaire. A l’exception de l’Hermitage et de Crozes-Hermitage, tous les autres se rencontrent sur la rive droite du Rhône mordant sur trois départements, la Loire, la Drôme , et l’ Ardèche. Ces crus tout en haut de leur prestige donnent aux Côtes du Rhône le droit de rivaliser avec les plus grands vignobles du bordelais et de la Bourgogne ; une qualité qui est due au choix des cépages. Le viognier tout d’abord,  à Condrieu et à Château Grillet, un cépage dont la culture délicate est devenue en quelques dizaines d’années, de moins en moins confidentielle. Il donne des vins rares et incomparables sur les terrasses de Condrieu et dans le minuscule vignoble de Château Grillet. Ces vins très clairs ont un arôme de fleurs et de fruits très délicatement perceptible. Le viognier doit être vinifié seul ou associé à la roussanne qui apporte son onctuosité, et à la marsanne utilisée pour sa vigueur et ses bons rendement. Enfin, impossible de ne pas mentionner la syrah pour l’ensemble des vins rouges de ce secteur associé au grenache.

Rive droite du Rhône

Côte-Rôtie. C’est le plus ancien des vignobles des Côtes du Rhône.  Il s’étend sur 3 communes : Saint-Cyr-sur-Rhône, Ampuis, Tupin-Semons dans le département du Rhône. Seuls, la syrah (au moins 80 %)et le viognier (20 % maximum) sont autorisés. La superficie en production est de 283 ha pour une production de 9 583 hl pour un rendement moyen de 34 hl/ha.

Condrieu. L’Appellation s’étend sur 7 communes et 3 départements : Rhône, Loire et Ardèche. Le viognier (blanc) est l’unique cépage de l’appellation. La superficie en production est de 171 ha, la production de 6041 hl et le rendement moyen de 35 hl/ha.

Château Grillet. Appellation monopole, un unique propriétaire, un unique cépage, le viognier. C’est l’un des plus grands vins blancs du monde. Il s’étend sur deux communes dans le département de la Loire, Saint-Michel-sur-Rhône et Vérin. La superficie de production n’est que de 4 ha, la production de 50 hl et le rendement moyen de 13 hl/ha.

Saint-Joseph, face aux coteaux de l’Hermitage, le vignoble de Saint-Joseph est le plus important de la rive droite du Rhône. Il s’étend de Chavanay au nord, à Guilherand au sud sur une cinquantaine de kilomètres dont 23 communes en Ardèche et 3 dans la Loire. Trois cépages sont autorisés, la syrah pour les rouges (éventuellement 10 % de roussanne ou de marsanne) et roussanne et marsanne pour les blancs. La densité minimum est  de 4 500 pieds à l’ha. La superficie en production est de 1 221 ha, la production de 38 981 hl et le rendement moyen de 32 hl/ha.

Cornas. L’aire d’appellation est limitée à la seule commune de Cornas dans le département de l’Ardèche. Comme la Côte-Rôtie, Cornas est la seule AOC strictement rouge des Côtes du Rhône septentrionales à partir d’un seul cépage, la syrah. La superficie en production est de 129 ha et la production, de 3649 hl avec un rendement moyen de 28 hl/ha.

Saint-Peray a la particularité de produire un vin blanc tranquille et un vin effervescent élaboré selon la méthode traditionnelle à partir de la marsanne et/ou de la roussanne.  L’aire d’appellation s’étend sur deux communes, Saint-Péray et Toulaud dans le département de l’Ardèche. La  superficie en production est de 78 ha pour une production annuelle de 2 012 hl avec pour rendement moyen de 26 hl/ha.

Rive gauche du Rhône

Hermitage. L’air d’appellation  s’étend sur 3 communes de la Drôme : Tain-l’Hermitage, Crozes-Hermitage et Larnage, le tout sur 137 ha. La production annuelle est de 3933 hl avec un rendement moyen de 29 hl/ha. L’encépagement se résume à la syrah pour les vins rouges (adjonction autorisée de 15 % de marsanne et de roussanne) et à la  roussanne et à la marsanne pour les vins blancs.

Crozes-Hermitage.  C’est le plus grand vignoble des appellations septentrionales. Il s’étend sur 11 communes situées dans la Drôme. L’encépagement se compose de la syrah pour les rouges (éventuellement 15 % de marsanne ou de roussanne au maximum) et marsanne et roussanne pour les blancs. La superficie en production est aujourd’hui de 1532 ha pour une production de 64 110 hl et un rendement moyen de 42 hl/ha.