Sainte-Croix-du-Mont (AOC Sainte-Croix-du-Mont) appellation de l’Entre-deux-Mers (Bordeaux), vin liquoreux : à une quarantaine de kilomètres au sud-est de Bordeaux, rive droite de la Garonne, cette appellation* est la sœur jumelle de Loupiac. Elle tire son nom de Sainte-Croix-du-Mont, un  bourg pittoresque situé sur un éperon rocheux avec son château (le château de Taste, ancienne place forte anglaise du temps de la guerre de Cent Ans) et son église romane qui dominent le fleuve, face à Barsac,  au Sauternais et au château d’Yquem.

* L’appellation couvre Sainte-Croix-du-Mont en partie (les terres longeant la Garonne n’ont pas droit à l’AOC).

D’immenses bancs d’huitres fossiles

Sainte-Croix-du-Mont recèle une étrange curiosité. Le sommet du plateau  (d’ailleurs par temps clair, on peut apercevoir les Pyrénées) est formé d’immenses bancs d’huitres fossiles accumulés à l’ère tertiaire et sur lesquels est d’ailleurs bâti le bourg et une chapelle creusée à même ces formations fossilisées.

Le vignoble de 450 ha, travaillé par une centaine de producteurs, est perché sur des coteaux généralement abruptes. Il est composés d’argiles calcaires avec des affleurements massifs de calcaire pur. Sémillon et sauvignon affectionnent cette nature de terrain. Caractérisé par une douceur automnale et une humidité nocturne et grâce aux brouillards matinaux et au soleil d’octobre, tout semble ici réuni pour favoriser le développement du Botrytis cinerea (pourriture noble). Le Sémillon à hauteur de 80 %, est le mieux adapté. C’est un cépage vigoureux à haut rendement. Il est beaucoup utilisé pour les liquoreux car, faut-il le rappeler, la pourriture noble fait baisser le rendement de moitié.

Très proche des Sauternes et des Barsac

Les méthodes de vendanges et de vinification sont identiques à celles de Sauternes et conduites avec les mêmes soins. Rarement mis en bouteilles avant 18 mois, les Sainte-Croix-du-Mont ne s’épanouissent pleinement qu’à partir de leur troisième année. Les grands millésimes peuvent vieillir plusieurs décennies. La production annuelle se monte à 15 000 hl.

La robe d’un Sainte-Croix-du-Mont est d’un beau jaune d’or avec un nez qui exprime des senteurs de raisin sec, figue, acacia, chèvrefeuille, abricots et pêche. La bouche est complexe et intense, avec de l’ampleur, de la souplesse, de la rondeur et de la fraîcheur. Ces vins sont souvent plus intéressants que nombre de petits Barsac ou Sauternes. A l’instar du loupiac voisin, le Sainte-Croix-du-Mont est sans doute plus pâle et plus léger que les grands crus d’à coté. Leur manqueraient-ils certains moyens, celui notamment de vendanger en plusieurs tries, leur raisin atteint par la pourriture noble ?