Tâche (La Tâche) Grand Cru de la Côte de Nuits (Bourgogne) monopole du Domaine de la Romanée-Conti (DRC), vin rouge : c’est l’un des six grands crus situés sur l’aire d’appellation Vosne-Romanée avec La Romanée, Romanée-Conti, La Grande Rue, Romanée-Saint-Vivant et Richebourg. Comme la Romanée-Conti, La Tâche est un monopole du Domaine de la Romanée-Conti (DRC). Le vignoble situé légèrement au sud de la Romanée-Conti est composé de deux lieux-dits, Les Gaudichots (4,62 ha) et sur 1,43 ha, La Tâche Joly de Bévy (d’où il tire son nom) regroupant précisément aujourd’hui 6,0620 ha. La Tâche partage avec La Grande Rue des sols bruns calcaires peu épais en partie haute, plus profonds en partie basse (rendzines) alors qu’ils sont plus fortement argileux (60 cm) à La Romanée-Conti.

Le plus réputé du temps du prince de Conti

Il faut savoir que ce vin était alors le plus réputé du temps du Prince de Conti (La Romanée n’étant plus dans le commerce). Au début de la Révolution, La Tâche appartenait à Louis-Philibert Joly de Bévy. En 1800, il est racheté par Nicolas-Guillaume de Basire et revint par mariage au général Liger-Belair en 1815. Sa famille en fut propriétaire jusqu’à son acquisition par le Domaine en 1933. Pour la petite histoire, La Tâche fut replantée dès 1910 après phylloxéra avec des greffons pris sur la Romanée-Conti pré-phylloxérique. En 1950 ou 1951, il fut aussi le seul vin du Domaine à avoir été mis en bouteille.

Biodynamie et retour du cheval

Les vins du Domaine de la Romanée Conti* (DRC) ne sont mis en vente qu’après trois ans. Tout est mis en œuvre pour obtenir des vins de garde, Henry-Frédéric Roch, associé-gérant du domaine avec Aubert de Villaine, a ainsi introduit la culture biodynamique depuis 2007. Les vignes sont vieilles de 30 à 40 ans en moyenne et les vendanges sont réalisées le plus tardivement possible et souvent par tries successives. Ce vin exceptionnel (à prix exceptionnel aussi !) 100 % pinot noir est élégance et vigueur. Sous la fréquente fermeté des tannins, la passion brûle, maîtrisée par une implacable élégance de cour. Marqué par la réglisse, ce vin allie des arômes de fruits noirs, de truffe et d’épices ; la bouche est d’une extrême puissance (une puissance phénoménale a-t-on dit !) avec un velouté et un onctueux incomparable. 20, 30 ans de garde et au-delà récompenseront sans aucun doute la patience des amateurs.

* La rareté de la Romanée-Conti (6000 bouteilles par an) oblige les propriétaires à vendre ces vins en caisse panachée de 12 bouteilles. La caisse contient une bouteille de Romanée-Conti et 11 autres bouteilles parmi les autres grands crus du domaine (Echezeaux, Grands Echezeaux, La Tâche, Richebourg et Romanée-Saint-Vivant).

La production

  • 2008 : 11 560 (bouteilles)
  • 2007 : 16 844
  • 2006 : 22 140
  • 2005 : 21 906
  • 2004 : 17 193
  • 2003 : 10 147
  • 2002 : 17 343
  • 2001 : 19 789
  • 2000 : 24 867
  • 1999 : 16 640
  • 1998 : 16 921 
  • 1997 : 15 266