Tronçais (forêt de Tronçais)

La Forêt Domaniale de Tronçais, voici l’un des plus beaux massifs forestiers de France. Il s’étend au cœur de l’Allier sur près de 11 000 ha sur les communes de Braize, Cérilly, Couleuvre, Isle-et-Bardais, Le Brethon, Meaulne, Saint-Bonnet-Tronçais, Urçay, Valigny et Vitray. La forêt domaniale de Tronçais, célèbre pour la qualité de ses chênes (le mythe de la futaie droite !) et appréciée dans le monde entier pour la fabrication de tonneaux, est gérée par l’ONF (Office National des Forêts). Elle est sans doute la forêt (organisée en futaie depuis 1835) la plus emblématique d’Europe par son ancienneté et son histoire sylvicole liée à Colbert, ministre de Louis XIV qui y fit planter le bois des futurs vaisseaux de la Royale. Les quelques hectares qui subsistaient encore en 2005 de cette mythique futaie Colbert ont quasiment disparu aujourd’hui. Les dernières coupes de ces chênes tricentenaires datent d’octobre 2008.

Carte de la Forêt domaniale de Tronçais © ONF
Carte de la Forêt domaniale de Tronçais © ONF

La plus belle chênaie d’Europe

La Sentinelle le plus gros chêne de Tronçai
Chêne remarquable : La Sentinelle est actuellement le plus gros chêne de la forêt. Sa naissance daterait de 1580.

Dans cette véritable cathédrale de verdure, les chênes sont dominants à plus de 80 % âgés pour la plupart de 50 à 100 ans. Mais la vedette incontestée est celui qu’on appelle La Sentinelle née en 1580. C’est le plus gros chêne de la forêt avec 6,5 m de circonférence et une hauteur de 28 m. La forêt de Tronçais recèle ainsi 40 de ces arbres exceptionnels par leur âge, leur taille et la qualité du bois.

Des ventes annuelles sur pied

Chaque année a lieu en octobre la grande vente d’automne du bois de Tronçais. Elle est l’une des plus renommées, notamment pour le bois de merrain (destiné à la tonnellerie), et attire de nombreux participants : scieurs, mérandiers, tonneliers. Ce sont des ventes aux enchères, des ventes de bois sur pied. Le prix d’un arbre peut fluctuer en fonction de sa qualité, allant de centaines à plusieurs milliers d’euros. Certains lots exceptionnels peuvent même atteindre jusqu’à 200 000 €. Quant aux coupes annuelles, elles dépassent 60 000 voire 70 000 m3. Elles se font toujours durant l’hiver.

Sélection de chênes dits de haute futaie
Sélection de chênes dits de haute futaie (Tonnellerie Saint-Martin)

Du chêne au tonneau

Pour le mérandier*, le fournisseur de merrains à destination des tonneliers, la qualité d’un chêne se repère à son pied plus développé et surtout à son tronc rectiligne. Ce bois serré et régulier permet de fabriquer des barriques d’une exceptionnelle qualité. Il faut savoir que d’un tronc d’arbre, seul 25 % permettra de faire des merrains. Le grain du bois, son origine et son essence vont déterminer la qualité de ces fameux merrains utilisés pour les vins élevés en fûts neufs. Les critères de sélection sont drastiques et les chênes du Tronçais offrent ces qualités. Ainsi, un chêne de qualité merrain doit-il être jaune paille, homogène et clair. La notion de grain est essentielle. Les cernes, ses anneaux de croissance, doivent être fins et réguliers avec un espacement inférieur à 2 mm (la largeur moyenne va de 1,8 à 3 mm) particularité qui permet de conjuguer la pauvreté en tanins à la richesse aromatique. Longtemps d’ailleurs le tri des merrains se faisait sur cette largeur. On avait donc d’un coté les merrains à accroissement fin qu’on assimilait à la provenance Tronçais et par conséquent plus chers et ceux à accroissements larges qui étaient associés à la provenance Limousin, des merrains bien moins chers, voués aux alcools (Cognac…).

* Le mérandier débite les pièces de bois, par fendage, dans le droit fil du bois, parallèlement aux rayons médullaires.

Un étonnant pouvoir aromatique

Le bousinage
L’intensité de la chauffe (bousinage) modifie le caractère boisé et les arômes

Une étude sur le chêne de tonnellerie a révélé des différences sensibles entre le chêne pédonculé (ou chêne rouvre, variété principale de la forêt de Tronçais) et le chêne sessile (cousin du précédent mais avec une croissance moins rapide) et entre les diverses régions d’approvisionnement de merrain.

Le bois de chêne sessile, riche en lactones va conférer au vin un boisé à caractère de noix de coco, vanille, café, réglisse. Le bois de chêne pédonculé, riche en ellagitanins (les ellagitanins sont des polyphénols solubles dans l’eau, qui constituent l’essentiel des extractibles de bois de chêne) donne, quant à lui, un boisé moins aromatique, plus tannique, bien adapté à l’élevage des vins rouges charpentés et aux vins de garde.

Le rôle essentiel des tonneliers dans l’entretien de la forêt

La tonnellerie française qui a une position de leader mondial exporte près de  65 % de sa production essentiellement vers les Etats-Unis : 37%, l’Italie : 11%, l’Australie : 11%, l’Espagne : 10%, etc. Elle emploie aujourd’hui près de 2000 personnes. Si évidemment elle participe à l’élevage des vins les plus prestigieux, elle contribue aussi à une gestion durable de la forêt en favorisant les fonctions écologiques, biologiques, économiques et sociales liées à l’exploitation du bois. Ce premier marché du chêne français dont une bonne partie va à la tonnellerie est, faut-il le rappeler, l’unique activité bois excédentaire de la balance commerciale française.

Grumes, Forêt domaniale de Tronçais © Alain Blumet  ONF
Grumes, Forêt domaniale de Tronçais, exploitation et entretien de la forêt © Alain Blumet ONF

 L’apport de la forêt de Tronçais et des autres

La forêt française couvre environ 15 millions d’ha. Parmi les quelques 136 essences répertoriées, le chêne apporte une renommée reconnue dans le monde grâce notamment à la tonnellerie. Les chênes à merrains se trouvent dans le Centre, la Bourgogne, les Pays de Loire et la Normandie (Sarthe et Orne). Ils proviennent de forêts privées ou publiques gérées par l’ONF, premier producteur de merrains en France qui approvisionne la tonnellerie en bois de futaie (plus de 100 ans) et haute futaie (plus de 180 ans).

Liste des principales forêts à merrains

  • Bitche (Moselle) : rouvre
  • Darney (Vosges) : rouvre
  • Cîteaux (Côte-d’Or) : rouvre et pédonculé
  • Bertranges (Nièvre) : rouvre
  • Saint-Palais (Cher) : rouvre
  • Jupilles (Sarthe) : rouvre
  • Limousin : pédonculé
  • Sud-Ouest et Landes : pédonculé

Pour rappel

  • Barrique bordelaise : 225 l (6 cercles)
  • Fût bourguignon : 228 l (10 cercles)
  • Le prix moyen et selon le type d’élevage s’étale entre 450 et 650 € (HT)
  • La chauffe : selon sa durée et son intensité, la chauffe procure aux barriques une coloration aromatique particulière qui influera sur le goût du vin.

    Ces hautes futaies qui font de grands tonneaux
    Ces hautes futaies qui font de grands tonneaux