Alsace Vendanges tardives /Alsace  Sélection de grains nobles, AOC Alsace ou Alsace Grand Cru, vins blancs liquoreux : l’une et l’autre de ces deux mentions (sur l’étiquette VT ou SGN) peuvent compléter sur l’étiquette les appellations Alsace ou Alsace Grand Cru. Elles désignent des vins exceptionnels produits selon des critères parmi les plus sévères de toutes les AOC françaises. Elles distinguent des vins exclusivement issus de cépages nobles (gewurztraminer, pinot gris, riesling, muscat) et s’appliquent à des raisins récoltés en surmaturation pour lesVendanges tardives et par tries successives des grains atteints de pourriture noble, pour la Sélection de grains nobles.

Il faut savoir que le climat subcontinental du vignoble alsacien avec sa très faible pluviométrie et son remarquable ensoleillement durant la période automnale, est éminemment favorable en grande année au passerillage des raisins ainsi qu’au développement de la pourriture noble. Il permet ainsi de retarder la récolte bien au delà des vendanges normales des cépages.

Pour bénéficier des mentions spécifiques Vendanges tardives et Sélection de grains nobles, les vins des AOC Alsace et Alsace Grand Cru doivent répondre aux conditions de production très strictes suivantes :

  • être issus d’un cépage unique et être déclarés et vendus avec mention de ce cépage ;
  • être présentés obligatoirement avec l’indication du millésime ;
  • être issus de vendanges de l’un des cépages autorisés (Gewurztraminer, Tokay Pinot gris, Riesling ou Muscat) présentant les richesses naturelles minimales du tableau ci-après ;
  • n’avoir fait l’objet d’aucun enrichissement ;
  • avoir fait l’objet d’une déclaration préalable lors de la vendange auprès des services locaux de l’INAO ;
  • être présentés, dégustés et agréés à l’examen analytique et organoleptique sous leur mention particulière.

Les Vendanges tardives

C’est une vraie particularité de l’Alsace. Les Vendanges tardives sont issues de récoltes en surmaturité souvent plusieurs semaines après le début officiel des vendanges. Les vendanges sont manuelles (avec ou sans tri) et la vinification se fait par pressurage long des raisins entiers, puis d’un élevage sur lies fines pendant 10 mois en général. Au caractère aromatique du cépage s’ajoute la puissance due au phénomène de concentration et au développement de la pourriture noble venue d’un minuscule champignon, le botrytis cinerea. Elles donnent des vins puissants, bouquetés, moelleux avec un potentiel de garde qui va de 5 à 10 ans.

  • Dans un riesling qui possède (par décret) au minimum 220 g/l de sucre pour 13°1 d’alcool, se mêlent des arômes de citron, de fruit de la passion, de miel et de fleur d’acacia.
  • Dans le gewurztraminer, avec un minimum de 243 g/l de sucre pour 14°4 d’alcool en puissance, ce sont des senteurs de rose, de muguet et de fruits confits qui prédominent.
  • Le muscat (220 g/l de sucre pour 13°1) livre des notes musquées et de lilas.
  • Le pinot gris (243 g/l de sucre pour 14°4)  exhale des parfums de violette, de fruits confits et de miel.

Sélection de grains nobles

Cette sélection est obtenues par tries successives de grains atteints de pourriture noble due au botrytis cinerea. La concentration rend l’identité du cépage plus discrète, au bénéfice d’une puissance, d’une complexité et d’une longueur en bouche exceptionnelles. On atteint là de véritables chefs-d’œuvre qui se gardent jusqu’à 10 ans. Pour bénéficier de ces mentions, des conditions très strictes sont exigés : récoltes manuelles,  cépage unique (voir plus haut) avec mention du nom du cépage, indication du millésime, et surtout  n’avoir fait l’objet d’aucun enrichissement.

  • le gewurztraminer doit posséder par décret une teneur en sucre minimum de 279 g/l pour 16,6 °
  • le pinot gris : 279 g/l pour 16,6°
  • le riesling : 256 g/l pour 15,2°
  • le muscat : 256 g/l pour 15,2°