Anjou, Coteaux de la Loire AOC, vins moelleux : les 120 ha de l’appellation se concentrent  dans la partie de l’Anjou qu’on appelle l’Anjou noir, sur les schistes du sud-est du Massif armoricain, avec des sols bruns peu profonds.

Le vignoble (de chenin blanc uniquement) constitué de coteaux bien exposés favorisent la précocité et l’obtention de raisins surmûris ou atteints de pourriture noble. Les vendanges sont manuelles par tries successives avec un rendement de 35 hl/ha. L’Anjou, Coteau de la Loire se caractérise par une robe intense de couleur jaune or aux reflets verts, évoluant vers le vieil or aux reflets ambrés. Le nez est marqué par les fleurs blanches, les fruits exotiques et la cire d’abeille avec des notes minérales typiques du chenin. Ces vins sont sans doute plus souples, plus aériens que ceux des Coteaux-du-Layon. Ils se gardent de 2 à 8 ans et au-delà de 15 ans pour les grandes années.