Anjou-Villages AOC (Loire), vin rouge : cette appellation reconnue en 1987 consacre les meilleurs vins rouges d’Anjou. Ils sont exclusivement tirés du cabernet franc (70 %) qui apporte des notes de fruits rouges et parfois une touche empyreumatique de résine et du cabernet sauvignon (30 %), ses parfums de fruits noirs. L’aire d’appellation coïncide avec le secteur de deux vallées, celles du Layon, autour de Thouarcé, Tigné et Martigné et de l’Aubance en aval de Brissac et de Savennières.

Sur un potentiel terroir de 11552 ha correspondant à la fin du Massif armoricain, l’appellation couvre aujourd’hui 152 ha sur 46 communes des départements du Maine-et-Loire et des Deux-Sèvres.

Les schistes sombres en altération donnent, en se dégradant, des argiles et des limons qui se réchauffent rapidement et permettent un drainage indispensable au développement harmonieux du cabernet. Les racines de ses vignes puisent dans cette profondeur des sols qui peut atteindre jusqu’à 1,50 m. Faluns, calcaires, micaschistes, sables et graviers roulés complètent cette géologie excessivement variée.

Tout dans cette appellation est réglementé.  Les rendements sont fixés à 50 hl/ha, la commercialisation ne peut débuter qu’au 15 septembre de l’année suivante et la préconisation d’un élevage prolongé en cuve, voire en fût de chêne. Les résultats sont souvent exceptionnels avec des vins profonds de couleur rubis, intenses, charpentés et charnus. Ils révèlent la pleine expression des cabernets mûris sur sols de schistes. On y décèle des notes fines de fruits rouges et de fleurs (iris, violette) évoluant vers des arômes complexes (fruits noirs, sous-bois..) ; des vins qui se gardent de  8 à 10 ans et que, quelques années de cave suffisent à  velouter.

La production, assurée par une centaine de producteurs est d’environ de 6000 hl par an soit, 1 million de bouteilles.