Le Bellet qu’il soit rouge, rosé ou blanc est un vin légendaire. Perché dans les collines situées derrière Nice et dominant la vallée du Var, le minuscule vignoble de Bellet compte une petite cinquantaine d’hectares, la convoitise d’ailleurs  de bien des promoteurs immobiliers.

Les meilleurs vins de tout le midi de la France

On recense 18 producteurs dont la figure de proue est sans conteste le château de Bellet avec sa magnifique demeure Renaissance. L’appellation jouit d’une réputation à la fois méritée et inversement proportionnelle à sa petite taille. Les connaisseur affirment qu’il s’agit des meilleurs vins de tout le Midi de la France, tant pour les rouges, les rosés ou les blancs. Cette qualité exceptionnelle est due à un sol particulier. Il est constitué de galets roulés mélangés à un sable très clair appelé poudingue. La vigne s’y enracine dans d’étroites terrasses, connues ici sous le nom de restanques.

La folle noire et le braquet

Mais les Bellet rouges sont aussi redevables de leur caractère à deux cépages typiquement locaux,  la folle noire et le braquet, qui en font d’excellents vins de garde, voire de longue garde (de 15 à 20 ans). Ils leur apportent de puissants arômes de roses sauvages, avec des notes d’épices, de poivre, voire de pinède, pour évoluer plus tard  vers le fruit confit. Les rosés qui doivent aussi au braquet leur pointe de délicatesse et d’élégance si caractéristiques de l’appellation sont des vins exceptionnels développant des nuances de rose sauvages et d’églantine. Les blancs, alliance du chardonnay et du rolle, plant typiquement niçois (en Corse, le vermentinu), sont marqués par un nez de poire et de fleur blanche avec un goût particulier de pierre à fusil. Ce sont des vins sèveux et gras qui vieillissent admirablement, donnant des bouteilles d’exception. Ils s’ouvrent sur des arômes d’amande grillée, de coing, avec une longueur en bouche étonnante. Malheureusement, la demande excède largement l’offre. L’appellation ne produit que 75 000 bouteilles. Les prix s’en ressentent… à condition d’ailleurs d’en trouver, ce qui n’est pas évident !