Blanquette de Limoux /Crémant de Limoux AOC (Languedoc), vins blancs effervescents bruts, demi-secs : l’appellation adossée aux Pyrénées  se rencontre à 25 km au sud de Carcassonne, le long de la haute vallée de l’Aude.

Limoux serait sans doute à l’origine des premiers vins effervescents. En 1531, bien avant dom Pérignon en Champagne,  les moines de l’abbaye bénédictine de Saint-Hilaire près de Limoux produisaient alors un vin blanc qui prenait mousse naturellement en bouteille.

Aujourd’hui, la Blanquette de Limoux est obtenue à partir du mauzac (90% minimum), du chenin et du chardonnay.

Pour le Crémant de Limoux, c’est son assemblage chardonnay et chenin (90 % maximum) qui lui apporte une bonne part de sa personnalité.

Pour élaborer Blanquette et Crémant, après une première fermentation et l’obtention des vins de base de chaque cépage, on procède à leur assemblage. Il est ensuite  ajouté la liqueur de tirage qui provoquera la seconde fermentation en bouteille. Après neuf mois de repos, il faut éliminer le dépôt qui subsiste, puis ajouter la liqueur d’expédition qui selon son dosage va donner le caractère brut ou demi-sec aux vins. Après un repos de deux mois pour la Blanquette et quinze mois pour le Crémant, les bouteilles sont prêtes.

Le Crémant se reconnaît par ses bulles très fines et son nez de fleurs blanches associé à des notes parfumées d’agrumes et de pain grillé.

La Blanquette offre des bulles nerveuses et un subtil parfum de pomme verte et de miel. Près de huit millions de bouteilles sont produites chaque année ; des vins qui sont à boire dans les 2 ans après leur acquisition.