Brézème, appellation des Côtes du Rhône septentrionales est réservée aux vins rouge et blanc. Ils sont produits sur un coteau surplombant la Drôme, à 17 km du sud de Valence, sur la commune de Livron-sur-Drôme. Ne cherchez pas ! Brézème est ni un Côtes du Rhône-Villages, ni une appellation locale. Brézème jouit juste depuis 1974 de l’appellation générique Côtes du Rhône. La dénomination Brézème n’existe tout simplement pas. Omission de l’INAO ! Oubliée cette Côte de Brézème, ce vignoble confidentiel, le plus petit vignoble des Côtes-du-Rhône mais qui compte parmi les grands crus des côtes du Rhône ! Alors, depuis 1978 et sur décision du Syndicat des Vignerons des Coteaux de Brézème, tous les producteurs de ce minuscule vignoble, le plus méridional des Côtes du Rhône septentrionales et le plus petit de la rive gauche du Rhône se sont accordé le droit de porter sur l’étiquette de leurs vins, la mention Brézème. Ce n’est que justice pour ces vins qui rivalisèrent longtemps avec ceux d’Hermitage mais que le phylloxéra et les guerres conduisirent à un déclin progressif jusqu’en 1961 où il ne restait plus qu’un hectare en production.

Bientôt peut-être le 13e cru des Côtes du Rhône septentrionales

Jusqu’alors, les vins produits dans la région portaient des noms différents : Brézème, Château de Fontgrand, Château La Rolière*, ou tout simplement Côtes-du-Rhône avec le nom du propriétaire. En 1978, sur décision du Syndicat des Vignerons des Coteaux de Brézème, tous les vins des trois coteaux livronnais portent uniformément la mention AOC Brézème Côtes du Rhône avec le nom du producteur-viticulteur lorsque celui-ci assure sur place la vinification, ou celui de la coopérative vinicole de Loriol lorsque c’est elle qui vinifie. Mais les choses bougent, le syndicat des vins de Brézème, avec l’INAO, a entrepris  les démarches pour faire du Coteau de Brézème, la 13e  appellation des côtes du Rhône septentrionales.

*Le château La Rolière contribua grandement à la renaissance de Brézème.

Un vignoble de l’intime

Brézème se situe près de Livron à la confluence de la Drome et du Rhône. Le vignoble se rencontre entre Livron et Allex sur le Coteau de Brézème surplombant la Drôme tout en s’étendant aussi sur le plateau juste à l’arrière. Là, ils ne sont qu’une poignée de vignerons pour 29 ha de vignes en production exposées plein sud. Un vignoble de l’intime a-t-on pu dire balayé plus de 100 jours par an par le Mistral et baigné par l’air froid du Vercors descendant tous les soirs le long de la Drôme. Le sol est de composition limono-argileuse, et couvert de galets roulés du Rhône. Les terrasses aux murettes de pierres sèches bâties par les générations précédentes, sont maintenant réhabilitées et donne une nouvelle vie au Coteau de Brézème.

A l’égal des plus grands

Ici, en effet on est très proche au niveau topographiques et géologiques de certaines parcelles d’Hermitage située pourtant à 36 km plus au nord. A l’instar d’ailleurs de cette prestigieuse appellation, les rouges sont à 100 % syrah et les blancs de roussanne. Etant le plus méridional de tous les sites septentrionaux, on aboutit pour le Brézème à une production de vins dont la finesse se rapproche de la Côte Rôtie et la chaleur, du Châteauneuf-du-Pape. Cette syrah donne des notes de feuilles de cassis et d’olives noires très intenses. L’équilibre est de type acide/tannins durant les premières années, allant s’arrondissant après 5 à 10 ans de vieillissement.

Les quelques vignerons qui se partagent Brézème

  • Luc Pouchoulin à Allex,
  • Eric Texier (domaine de Pergault),
  • Charles Helfenbein (domaine Charles Helfenbein),
  • Yves Mengin (domaine des 4 cerises),
  • Christian Gresse (domaine de Breseyme),
  • Château La Rolière (un coteau de 8 ha, entièrement clos de murs et propriété de la famille Marchal depuis 1976).
  • Jean-Marie Lombard (domaine Jean-Marie Lombard)