Entraygues-et-Fel (AOC Entraygues-et-Fel à partir de la récolte 2012) sud-ouest, vins rouge, rosé, blanc : ce minuscule vignoble de 22 ha du Rouergue exploité par une petite dizaine de viticulteurs est le plus méridional des vins auvergnats. Il compta pourtant jusqu’à 1000 ha au milieu du XIXe siècle. Mais le phylloxera et les maladies vinrent à bout de ces lopins de vignes difficilement cultivables. L’appellation est située au nord du département de l’Aveyron, aux confins du Rouergue et de l’Auvergne, bordé par la vallée du Lot et les gorges de la Truyère. C’est là d’ailleurs que sont implantés sur des coteaux escarpés, dominant les vallées du lot et de la Truyère les vignes en terrasses, seule manière de les cultivées dans ces vallées encaissées. Ici, les sols viticoles sont de deux types, schisteux au Fel, granitiques à Entraygues, des terres de barènes formées de sable issu de la décomposition du granit.

Le Fel rouge et l’Entraygues blanc

Historiquement, Le Fel était réputé pour ses vins rouges et Entraygues pour ses blancs. A l’heure actuelle, les vins rouges sont produits essentiellement à partir de cabernet franc et du fer servadou (ou mansoi), un cépage typiquement aveyronnais. Robuste, facile à conduire et relativement peu sensible aux maladies, il marque de son identité, à travers ses arômes, les vins de cette région. Ils sont en général aromatiques, racés et veloutés. Ils offrent un nez de fruits rouges bien mûrs et une bouche ample et poivrée. Ce sont des vins de semi-garde, qui atteignent leur plénitude entre 3 et 5 ans.

Le gamet d’Entraygues

Les blancs sont issus essentiellement du chenin et dans une moindre mesure du mauzac. Le chenin est baptisé ici  gamet d’Entraygues. Sa culture est très ancienne au point qu’on peut se demander s’il n’a pas engendré une sélection de souches particulièrement bien adaptée à la région. Il présente une robe jaune claire à reflet doré, avec un nez très parfumé : des notes d’amande grillée, de pomme verte ou de pierre à fusil. C’est un vin sec et vif. Avec le temps (5 ou 6 ans), il développe des arômes de cire d’abeille, de miel et de citronnelle.

Ces vins sont rares et recherchés. En fait, les 3/4 des volumes de l’appellation trouvent preneur localement.