Pinot beurot ou pinot gris (cépage blanc) : c’est la  forme grise du pinot noir dont il ne s’en distingue que par la couleur de ses baies. D’ailleurs l’épithète beurot ou beurrot qui le désigne en Bourgogne se rapporte à la teinte grise de ses baies (d’ailleurs plutôt petites), gris rosé ou même brune renvoyant à  la bure que portait les moines cisterciens. En Bourgogne, bien que rare, il fait partie de l’encépagement recommandé de la plupart des appellations (voir plus bas). Il est surtout  planté autour de Joigny (département de l’Yonne), dans la limite septentrionale du vignoble. Ainsi, dans l’appellation Bourgogne Côte St-Jacques, il est appelé vin gris grâce à son incomparable couleur œil de perdrix. Il est pressé dès le retour de la vigne avant le départ de la fermentation. Jeune, il est très floral (aubépine), peu acide et possède une bonne longueur en bouche. En dehors de Joigny, on le trouve aussi dans la région d’Epineuil.

IL est appelé malvoisie dans la vallée de la Loire (voir Noble Joué en Touraine). Il était aussi très utilisé au XVIIe siècle en Champagne, sous le nom de fromentot. Mais c’est en Alsace qu’il a trouvé son expression la plus puissante et la plus aromatique. C’est l’un des quatre cépages de l’AOC Alsace Grand Cru. Il y  donne des vins particulièrement bien constitués et d’une rare complexité dans les Vendanges tardives et les Sélections de grains nobles.

Alsace, du tokay au pinot gris

Une belle légende  prétend qu’au XVIe siècle, des plants de vigne auraient été rapportés de Tokay (Hongrie) par le baron Lazare de Schwendi, qui servait la Maison d’Autriche dans sa lutte contre les Turcs. Propriétaire de terres dans le pays de Bade et en Alsace, il aurait ordonné de multiplier ces plants à Kientzheim (où subsiste toujours son château, propriété de la Confrérie Saint-Etienne). Qui ne rêvait pas alors de produire ce fameux vin (le vin des rois et le roi des vins) issu du Furmint ? Mais il y eut erreur sur la marchandise. Ce que rapporta Schwendi ne correspondait en rien à ce fameux cépage. Il fallut dans l’urgence trouver un remplaçant. Ce fut le pinot beurot, originaire comme on l’a vu de Bourgogne et réputé pour ses qualités et ses facultés à produire des vins très concentrés. Appelé grauer tokayer avant 1870, le pinot gris fut ensuite nommé successivement tokay gris, tokay d’Alsace, tokay pinot gris et enfin, depuis le 1e avril (!) 2007, pinot gris. Aujourd’hui, ce cépage facilement identifiable avec ses grains d’un gris bleuté qui lui ont donné son nom, couvre 2359 ha soit 15,2 % du vignoble alsacien.

D’une grande complexité aromatique

Ce vin, à la belle robe jaune dorée, voire ambrée, possède un nez peu intense mais d’une grande complexité aromatique. Le pinot gris développe souvent des notes fumées typiques avec des arômes de sous-bois, de sarments brûlés, de mousses, de champignons, de fruits secs, d’abricot, de miel, de cire d’abeille, de pain d’épices. En bouche, c’est un vin qui présente beaucoup d’étoffe, une belle rondeur allant parfois jusqu’à une opulence légèrement moelleuse, mais toujours soutenu par une belle fraîcheur.

Le pinot gris dans le monde

Au niveau international, il appartient à la famille des vins puissants et expressifs. Il est donc partout très apprécié. L’Allemagne et l’Italie  ont planté bien plus de pinot gris que la France. Ainsi, en Italie, les surfaces consacrées au pinot grigio  atteignent maintenant les 9 000 ha. L’essentiel se trouve dans le nord-est, particulièrement en Vénétie, dans le Frioul et l’Alto Adige. On le trouve aussi en Lombardie et en Emilie Romagne  En Allemagne on le connaît sous le nom de Rulander ou de Grauburgunder. Plus à l’Est, on le rencontre en Autriche, Slovénie, Hongrie, Roumanie et Moldavie. Dans le Nouveau Monde il est en pleine expansion en Oregon, sur la côte Ouest des Etats-Unis, où il a récemment dépassé le chardonnay, avec 1 800 ha plantés. En Californie, il progresse au point de devancer le sauvignon blanc. Aujourd’hui, il gagne partout de nouveaux territoires notamment en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Dans l’Union Européenne, le pinot gris  peut officiellement être désigné par d’autres noms : grauer burgunder (Autriche, Italie), grauburgunder (Allemagne, Italie), pino gri (Bulgarie), pinot grigio  (Italie, Allemagne), rulandské sede (Rép. Tchèque, Slovaquie), sivi pinot (Slovénie) et szürkebarat (Hongrie).

Le pinot gris ou pinot beurot en France

En mono-cépage

  •  Alsace : Alsace, Alsace Grand Cru

En assemblage

  •  Alsace : Crémant d’Alsace
  •  Lorraine :  Moselle
  •  Bourgognes génériques : Bourgogne, Bourgogne Clairet ou Bourgogne Rosé, Bourgogne grand ordinaire ou Bourgogne ordinaire, Crémant de Bourgogne
  •  Chalonnais : Bourgogne Côte Chalonnaise, Mercurey, Rully
  •  Côte de Beaune : Aloxe-Corton, Bourgogne Hautes Côtes de Beaune, Bourgogne La Chapelle Notre Dame
  •  Côte de Nuits : Bonnes-Mares, Bourgogne Hautes Côtes de Nuits, Bourgogne Le Chapitre, Bourgogne Montrecul, Chambolle-Musigny, Clos de la Roche, Clos de Tart, Clos des Lambrays, Clos Saint-Denis, Marsannay, Musigny, Vosne-Romanée
  •  Yonne : Bourgogne Chitry, Bourgogne Côte Saint-Jacques, Bourgogne Côtes d’Auxerre, Bourgogne Coulanges-la-Vineuse, Bourgogne Épineuil
  •  Champagne : Champagne, Champagne Grand Cru ou Premier Cru
  •  Jura : Crémant du Jura
  •  Savoie : Bugey
  •  Centre : Reuilly
  •  Orléanais : Orléans
  •  Pays Nantais : Coteaux d’Ancenis
  •  Touraine : Touraine, Touraine Noble Joué
  •  Provence : Palette