Ce département du Rhône est aux croisements des routes vers la côte méditerranéenne ou vers les Alpes. Lyon qui illustre un certain art de vivre, est sans conteste l’une des capitales mondiales de la gastronomie avec ses chefs étoilés et ses  bouchons (restaurants typiquement lyonnais).

L’une des capitales mondiales de la gastronomie

La bonne chère a trouvé entre Saône et Rhône, un terrain d’expression sans pareil où la qualité des produits du terroir, la culture de la vigne, expliquent autant que le savoir-faire et la créativité des hommes, l’excellence de la gastronomie du Rhône, portée entre autres, par Les Toques blanches lyonnaises. Cette association unique en France, née en 1936 à Lyon, rassemble 100 grands chefs, jeunes talents ou cuisiniers étoilés qui se sont donnés pour mission d’oeuvrer pour l’intérêt de la cuisine lyonnaise et la promotion des produits locaux, notamment le vin.

La viticulture c’est 45 % des exploitations du Rhône

Production phare du département, la viticulture concentre 45 % des exploitations du Rhône. C’est une des activités agricoles majeures du département qui compte 3 zones de production viticole en AOC.

  1. Le Beaujolais, entre Saône et Massif Central. Le vignoble offre une palette extraordinaire de vins issus du gamay noir à jus blanc, des plus fins aux plus aromatiques avec les Beaujolais et Beaujolais villages dont l’une des stars le Beaujolais nouveau est attendu partout chaque année le 3ème mercredi de novembre; des plus riches aux plus complexes avec 10 crus au caractère spécifique à chaque terroir : Brouilly, Chiroubles, Côte de Brouilly, Fleurie, Juliénas, Morgon, Moulin à Vent, Régnié, Saint-Amour.
  2. Les Coteaux du Lyonnais plus au sud. Cette AOC est principalement produite à partir de gamay.
  3. Le Côte Rôtie et le Condrieu dans la vallée du Rhône.