Recevez les articles de Dico-du-Vin.com

Pas de SPAM, pas de revente d’adresses !

Touriga nacional, touriga francesca, cépages qui font les grands vins rouges et les grands portos du Portugal

Voici donc le plus portugais des cépages noirs, le touriga nacional ; un titre qu’il partage avec son jumeau, le touriga francesca (mais sans grande parenté). A eux deux, ils façonnent la plupart des grands vins rouges portugais et surtout des très grands portos. Portugais oui mais plus exclusivement ! Ils ont depuis longtemps pris le large en s’offrant un étonnant tour du monde, allant de la Californie à l’Australie en passant par la France.

Voir également le tableau des différentes catégories de portos ainsi que cet événement Master of Port qui désigne à Paris tous les deux ans, le meilleur sommelier du monde en vin de Porto.

Vallée du Douro. Situé sur un affleurement rocheux, rive nord du Douro, à mi-chemin entre Regua et Pinhao, Quinta do Crasto est sans doute le plus beau domaine pour la production de vin rouge au Portugal.

Le touriga nacional, cinquième cépage au Portugal

Le touriga nacional est le cinquième cépage le plus planté au Portugal (12 000 ha soit 6 % du vignoble). S’il joue souvent en duo avec le touriga francesa, il est considéré comme le plus raffiné, le plus exceptionnel des cépages portugais. Et dieu sait si le pays en détient ! On en a recensé plus de 300, presque tous autochtones et résistants à la chaleur. À son palmarès, l’Alentejo (dans le sud du pays) ; les vins rouges du Dão (province de Beira Alta, au centre du Portugal, à 80 km au sud de la vallée du Douro), dont le touriga nacional semble tirer ses origines. Avant l’épidémie du phylloxera, il couvrait 90 % du vignoble. Mais aujourd’hui, la région joue la belle endormie. Son importance est encore prépondérante, il est souvent associé au tinta roriz (le tempranillo) et à l’alfrocheiro preto.

Sans aucun doute, son terroir de prédilection est la vallée du Douro. Il se plaît particulièrement sur les sols chauds et arides d’Alto Douro (déclaré patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco en 2001) où il fait merveille produisant sans contestation les meilleurs portos rouges. En fait, sa réputation s’étend de la partie la plus septentrionale du Portugal jusqu’à l’Algarve tout au sud.

Grappe de touriga nacional, cépage vigoureux mais au rendement faible (à peine 500 gr de raisin -baies très petites-par souche alors qu’ici au Portugal, 2 kg sont la norme). Il a pour lui d’être résistant aux maladies cryptogamiques, notamment l’oïdium très présent dans la vallée du Douro. Il donne des vins très foncés et très tanniques. Au nez, c’est à coup sûr, le sirop de fruits (surtout la mûre). On lui doit les plus grands portos rouges.

Le touriga francesca, deuxième cépage du Portugal

Le cépage touriga francesca sans parenté avec le touriga nacional, a un plus grand rendement que ce dernier. Il est moins coloré et plus léger tout en possédant un arôme puissant. On dit qu’il serait le cabernet franc face au touriga nacional qui serait le cabernet sauvignon.

Le touriga francesca (ou franca) est le deuxième cépage le plus planté au Portugal. Avec 15 000 ha, il occupe 7,5 % du vignoble. Il a un meilleur rendement, fournit aussi des vins un peu plus délicats, de teinte légèrement plus claire que le touriga nacional. Son atout principal repose sur ses arômes puissants dont ce parfum délicat qui embaume les assemblages.

Touriga nacional et touriga francesca sevent à élaborer les meilleurs vins rouges et les très grands portos du Portugal (Photo FC)

La région de Douro, le cœur du touriga nacional et du touriga francesca

Le Porto est produit dans la Région Délimitée du Douro, au nord du Portugal, dans le respect de normes de production spécifiques. La ceinture de montagnes qui entourent cette région lui confère des spécificités climatiques et géologiques notables, à commencer par des sols rocailleux n’offrant aucune alternative culturale possible. C’est pour cette raison que des techniques d’aménagement du terrain « en terrasses » ou en « patamares » sont mises en place pour rendre utilisables ces zones rurales où la déclivité de la pente est la plus importante du pays. La région du Douro s’étend sur une superficie de 250 000 hectares sur laquelle la vigne y occupe 17,4 % de la superficie totale. 20 370 exploitants travaillent sur ces terres viticoles, à raison de 2,14 hectares de vigne par viticulteur.

La vallée du Douro au nord du Portugal, ceinturée de montagnes a du utiliser des techniques d’aménagement du terrain « en terrasses » ou en « patamares » pour rendre utilisables ces zones de plantation où la déclivité de la pente est la plus importante du pays.
Quinta do Crasto 2017, 100 % touriga nacional de la vallée du Douro ; un vin haut de gamme issu de vignes à 300 m d’altitude. Quinta do Crasto Touriga Nacional est vieilli pendant 18 mois en fûts de chêne Français. Ce n’est que dans les années 2001, 2003, 2004, 2005, 2006, 2009, 2010, 2011, 2012, 2015, 2016 et 2017 que les conditions ont été réunies pour le produire.

Le touriga nacional, que des qualités !

Le touriga nacional n’aurait-il que des qualités ? Avec ses baies bleues noires de petite taille, c’est une variété très tardive, donc moins exposée au risque de gel printanier. Il a en plus une très grande tolérance à la sécheresse et ne présente pas de sensibilité particulière aux maladies cryptogamiques. Seul défaut (mais en est-ce un !), il a de petits rendements. Il donne des vins d’une incroyable complexité, corsés, structurés, très colorés, avec des arômes intenses de fruits rouges et aptes au vieillissement. Quelle puissance et quelle qualité dans les jus ! Deux vins expriment ce que ce cépage peut faire de mieux :

  • Touriga Nacional Douro de Quinta do Vallado,
  • Touriga Nacional de Quinta do Crasto.

Le touriga nacional, cépage principal des grands portos et des grands vins rouges portugais

Si le touriga nacional est le cépage principal de la plupart des grands portos millésimés, que dire de ses autres vins, des vins qui font l’unanimité ? Ils sont corsés, puissants, avec des arômes d’une incroyable complexité. Ils expriment fréquemment des saveurs de mûre (plutôt de sirop de mûres), de prune, de myrtille, de ciste et de romarin pour compenser sans doute son fort taux de tannins (qui s’adoucit avec l’âge), sans oublier ces quelques notes florales, la violette notamment. Son potentiel de garde le rapproche du cabernet sauvignon.

Les portos associent le touriga nacional et le tinta cão, l’autre grand classique qui faillit disparaître en raison de son mauvais rendement. Ajoutons-y le touriga francesa, moins coloré et plus léger que le touriga nacional mais largement planté dans la vallée du Douro ; puis le tinta barroca, le tinta roriz (tempranillo) et le sousão, qui ajoute une couleur intense et de l’acidité. Ces jeux d’assemblages sont en fait une affaire de coûts.

Le touriga nacional qui s’offre un tour du monde

Du Portugal, le touriga nacional commence à s’offrir un tour du monde, la France le tâte (l’Ardèche et peut-être Bordeaux), l’Australe l’utilise (McLaren Vale, Longhorn Creek, Barossa Valley). Va-t-il y concurrencer le shiraz ? la Californie l’adopte (San Joaquin Valley Lodi, Paso Robles, Mendocino County), tout comme l’Afrique du Sud à Little Karoo, où aux Novare SA Terroir Wine Awards 2019, le De Krans Touriga Nacional 2017 a été primé meilleur touriga nacional. Le verra-t-on bientôt s’étendre davantage en Argentine et au Brésil ?

Ce vignoble de Yarra Valley, État de Victoria, au nord-est de Melbourne (Australie) avec une colline en terrasses serait-il un petit coin du Portugal perdu dans le monde austral ? Le domaine Yering (28 ha) y a planté une majorité du touriga nacional et y produit le célèbre Yarra Yering N°3.

Il est présent en Ardèche, dans le Minervois et bientôt à Bordeaux ?

En 2019, le syndicat des vignerons de l’AOC bordeaux et bordeaux supérieur adoptait à l’unanimité une liste de nouveaux cépages dont le touriga nacional. Mais pour l’instant, une expérimentation, rien qu’une expérimentation, affirme-t-on haut et fort. Face aux changements climatiques, le touriga nacional a donc toutes ses chances. Autre région, l’Ardèche, amoureuse du touriga nacional ! L’une de ses premières implantations, on la doit (et cela ne s’invente pas !) au domaine des Amoureuses en Ardèche, à Bourg-Saint-Andéol, à la confluence du Rhône et de l’Ardèche. L’une de ses plus belles réussites est sans doute Terre des Amoureuses, dont le vin est commercialisé en vin de France (vinification en cuves, élevage en fûts de chêne français, 100 % bois neuf, pendant 15 mois). Mais rendons à César ce qui est à César. Le premier dès 2001 qui a introduit le touriga nacional en France, c’est Pierre Cros, sur 98 ares sur les sols arides du lieu-dit « Les Aspres », non loin de Carcassonne dans le Minervois.

Alors, la France ou une autre région viticole dans le monde produira-telle un jour un chef d’œuvre (hors Portugal), tel que ce vin rouge australien, le Yarra Yering N°3, issu d’une colline rocheuse en terrasses avec 45 % de touriga nacional ? Yarra Yering, comme un petit coin du Portugal dans cette vallée au nord-est de Melbourne !

Les catégories des vins de Porto

Rouges, blancs ou rosés, les vins de Porto puisent leur caractère dans un terroir unique et grâce à deux cépages exceptionnels : le touriga nacional et le touriga francesca. Voyez ces vignes accrochées aux pentes abruptes de la région du Douro, au Nord-Est du Portugal. Elles donnent des vins de Porto d’une intensité d’arômes incomparables de fruits rouges, fruits secs et fruits cuits. Le Porto est un symbole emblématique du Portugal. Ce vin est un produit-clé de l’économie nationale s’exportant à l’international. Rouges, blancs ou rosés, les Vins de Porto puisent leur caractère depuis le XVIIe siècle dans un terroir unique : les vignes accrochées aux pentes abruptes de la région de Douro, au Nord-Est du Portugal.

1/Porto Ruby. Il doit son nom à sa robe rubis que l’on obtient chez les jeunes Vins de Porto dont on cherche à limiter l’évolution de la couleur rouge pour garder la vigueur et l’arôme fruité. Ces Portos sont issus d’un élevage relativement court en grands foudres de chêne ou inox, allant de deux à six ans. Le Ruby est élevé généralement 2 à 3 ans alors que le Porto Reserve est un vin plus corsé et provient souvent d’une sélection des meilleurs Vins de Porto. Quant au Late bottled Vintage, il séjourne entre 4 et 6 ans et le Porto Vintage entre 2 et 3 ans. Les vins des meilleures catégories, comme le Vintage et le L.B.V, dans une moindre mesure, pourront être gardés car ils vieillissent bien en bouteille.

2/Porto Blanc. Il se présente sous plusieurs types en fonction de son temps de vieillissement. Sa teneur en sucre dépend de la façon dont leur élaboration est conduite. Aux vins blancs traditionnels sont venus s’ajouter plus récemment des vins à l’arôme floral aptes à satisfaire la demande en vins moins riches en alcool.

3/Porto Twany. Il est issu d’assemblages de vins ayant différents degrés de maturité. Ces portos sont riches et moelleux grâce leur longue conservation en fûts de chêne. Elevés pendant plusieurs années, ces portos développent des arômes caramélisés et d’un beau boisé fondu. Les vins Tawny sont dotés de robes aux teintes roussâtres allant du rouge doré au doré clair. Plus ces vins sont vieux, plus ces caractéristiques seront accentuées. On distingue plusieurs catégories :

  • Tawny,
  • Tawny Reserve,
  • Tawny avec indication d’âge (10 ans, 20 ans, 30 ans et 40 ans),
  • Colheita. (Le Colheita est un vin d’une seule vendange séjournant dans le bois pendant un laps de temps variable, mais jamais moins de 7 ans. Il peut ensuite être mis en bouteille.)

4/Porto Rosé. Cette catégorie de Vins de Porto homologuée en 2009 comporte une couleur rosée unique enrobée de reflets rubis. Ce type de Porto est le fruit d’un procédé de vinification spécifique et élaboré exclusivement à partir de cépages rouges pour développer en bouche un goût léger et savoureux aux notes de fruits rouges (framboise, groseille et cerise)

Rouges, blancs ou rosés, les vins de Porto puisent leur caractère dans un terroir unique : les vignes accrochées aux pentes abruptes de la région du Douro, au Nord-Est du Portugal.

Master of Port : c’est à Paris qu’est désigné le meilleur sommelier du monde en vin de Porto

Master of Port, événement mondial désigne tous les deux ans le meilleur sommelier en vin de Porto. Lancé en 1988 avec l’Institut des Vins du Douro et de Porto, l’Union de la Sommellerie Française et les Marques partenaires, le Master of Port, dispositif événementiel international, a pour but d’élire le meilleur Sommelier expert en Vins de Porto. Le dernier Master of Port a eu lieu à Paris en 2019 sous la présidence d’Edith Cayard (Gran Cruz).

Les Masters of Port 2017 et 2019

Julia Scavo fut en 2017 la première femme sommelière à remporter le Master of Port. Elle fut aussi 5e « Meilleur sommelier du Monde » à Tokyo et 3e « Meilleur sommelier d’Europe » à San Remo. Ici en 2019 à l’Ambassade du Portugal à Paris (Photo FC)
Yann Satin, finaliste au 17e Master of Port Il a été meilleur sommelier de Belgique en 2005. Il est aussi l’un des meilleurs connaisseurs des vins et du vignoble portugais (Photo FC)
Gaëtan Bouvier, meilleur sommelier de France 2016, remportait à 35 ans, en 2019 le titre de Master of Port. Ici lors de la remise de ce titre à l’ambassade du Portugal à Paris. Il est au côté de son épouse Natalia, elle aussi sommelière (Photo FC)

Les parrains du 18e Master of Port 2019

Philippe Faure-Brac (Meilleur sommelier du monde 1992) préside l’Union de la Sommellerie Française. Elle regroupe 21 associations régionales. Elle est le partenaire du Master of Port. Ici, à sa gauche, Laurent Dassault (Château Dassault, Flechas de los Andes…). A Paris, à l’ambassade du Portugal (Photo FC)
Serge Dubs lors de la remise du 18e Master of Port à l’ambassade du Portugal à Paris. Il fut Meilleur Sommelier de France en 1983, d’Europe en 1988, puis du Monde en 1989. Il est lui-même Master of Port (1988). En 2004, il devient Président de l’Union de la Sommellerie Française et vice-président de l’Association de la Sommellerie Internationale. Il est le parrain AIVA (Académie Internationale des Vins d’Alsace) de la promo 2020-2021 (Photo FC)

François

  • 1990 – Les grands vins du monde, préfacé par Gérard Depardieu. 
  • 1992 – Grands et petits vins de France, préfacé par Jean Carmet.
  • 1996 – Le guide des grands et petits vins de France, préfacé par Alain Favereau.
  • 2000 – The Flammarion Guide to World Wines
  • 2013 – Les vignobles mythiques, aux éditions Belin préfacé par Pierre Lurton (Cheval Blanc et Yquem).
  • 2014 – Prix Amunategui-Curnonsky décerné par l’APCIG (association professionnelle des chroniqueurs de la gastronomie et du vin).
  • 2016 – Cépages & Vins aux éditions Dunod.
  • 2020 – Cépages & Vins, nouvelle édition, éditions Dunod.

Table des matières

Voir aussi

Nos derniers articles

Voir aussi

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Défiler vers le haut