Castillon Côtes de Bordeaux (Côtes de Castillon)

Castillon Côtes de Bordeaux (depuis 2008) voir Côtes de Castillon, l’ancien nom de l’appellation, vin rouge : on est à une cinquantaine de kilomètres de Bordeaux, exactement dans le prolongement du vignoble de Saint-Emilion avec au sud comme limite, le fleuve la Dordogne et à l’ouest le département de la Dordogne.

Cette région de Castillon-la-Bataille (célèbre pour cette fameuse bataille qui, en 1453, mit fin à la terrible guerre de Cent Ans avec la défaite des troupes anglaises du général Talbot) est un lieu riche en châteaux, églises romanes et autres moulins. Ces édifices, vestiges et témoins de l’Histoire de France, sont l’un des attraits touristiques de l’appellation qui regroupe aujourd’hui 3 000 ha répartis sur 9 communes :

  • Belvès-de-Castillon,
  • Castillon,
  • Gardegan-et-Tourtirac,
  • Les Salles-de-Castillon,
  • Puisseguin (Monbadon),
  • Sainte-Colombe,
  • Saint-Genès-de-Castillon,
  • Saint-Magne-de-Castillon,
  • Saint-Philippe-d’Aiguille.

Vallons et coteaux se succèdent et offrent une belle diversité de terroirs sur des sol d’alluvions vers le nord en bordure de Dordogne, sablo-graveleux ou sablo-argileux qui deviennent argilo-calcaires ou marneux dès que l’on atteint les coteaux.

Un merlot dominant

Le climat océanique est tempéré à caractère doux et humide, orienté vers une tendance continentale. L’encépagement est largement dominé par le merlot (70 %), complété par 20 % de cabernet franc (le bouchet) et, 10 % de cabernet sauvignon.

La production (exclusivement rouge) est de 160 000 hl. Des vins aux couleurs profondes, aux arômes intenses avec des notes marquées de fruits rouges de fraise, de framboise… et de fruits à noyau (prune, cerise…). Certains millésimes offrent également des parfums de pruneau ou de cuir. En bouche, ils sont francs, ronds, doux, puissants, avec des tannins solides. Ces vins généreux, concentrés, d’une grande finesse sont très agréables dans leur jeunesse mais font preuve d’une bonne aptitude au vieillissement (une bonne dizaine d’années).

L’appellation recense 360 viticulteurs qui exploitent en moyenne 8 ha et 1 coopérative.

François

  • 1990 – Les grands vins du monde, préfacé par Gérard Depardieu. 
  • 1992 – Grands et petits vins de France, préfacé par Jean Carmet.
  • 1996 – Le guide des grands et petits vins de France, préfacé par Alain Favereau.
  • 2013 – Les vignobles mythiques, aux éditions Belin préfacé par Pierre Lurton (Cheval Blanc et Yquem).
  • 2014 – Prix Amunategui-Curnonsky décerné par l’APCIG (association professionnelle des chroniqueurs de la gastronomie et du vin).
  • 2016 – Cépages & Vins aux éditions Dunod.
  • 2020 – Cépages & Vins, nouvelle édition, éditions Dunod.

Table des matières

Voir aussi

Nos derniers articles

Voir aussi

Autres articles qui pourraient vous intéresser

massa dolor venenatis nec Lorem id leo neque.