Château de Ferrand, Saint-Emilion Grand Cru classé (2012) Bordeaux, vin rouge : le baron Bich, homme de pointe s’il en est (les célèbres pointes Bic) eut été au comble du bonheur ! Son château de Ferrand construit sous Louis XIV, l’un des plus beaux du Saint-émilionnais qu’il acheta (avec humour !) en vendant ses actions des sources d’eau Perrier, est rentré dans le classement prestigieux des Saint-Emilion (classement rendu public en septembre 2012).

Aucun poteau électrique sur la propriété

Le domaine est situé à 3 km à l’est de Saint-Emilion. Il s’étend sur 42 ha d’un seul tenant sur le plateau de Saint-Hippolyte dont 30 ha de vignes exposées sud/sud-ouest, donnant sur la vallée de la Dordogne. C’est sans doute l’une des plus anciennes, mais aussi l’une des plus belles propriétés viticoles de Saint-Emilion. Majoritairement planté en merlot (75%), en cabernet franc (15%) et cabernet sauvignon (10%), le vignoble s’épanouit sur un sous-sol calcaire et un sol constitué d’argiles profondes (idéal pour le merlot).

Le respect de la vigne (moyenne d’âge 30-35 ans) s’inscrit dans la sauvegarde de la nature environnante et du travail du sol. La préservation des bois d’origine, des grottes (voir plus bas) et du parc du château planté de charmes et de chênes séculaires en font un site vraiment unique, préservé de toute pollution, y compris visuelle (aucun poteau électrique sur la propriété).

Sous la conduite de Thomas Guibert

Le vignoble sous la conduite de Thomas Guibert, ingénieur agronome, œnologue et directeur du domaine est évidemment cultivé en agriculture raisonnée avec labour et sans herbicides ni insecticides. Taille et effeuillage sont effectués manuellement pour garantir une aération et un ensoleillement propices à une maturation parfaite des raisins. Tout au château est maintenant en gestion parcellaire. La vinification se fait en cuverie béton thermorégulée et la fermentation malolactique partielle en barriques. L’élevage est 100 % en barriques (60 % de fûts neufs français) avec une durée de 12 mois.

  • La production annuelle est d’environ 180 000 bouteilles.
  • Second vin : Le Différent de Châteaux de Ferrand (cépages : merlot 80%, cabernet franc 15%, cabernet sauvignon 5%).

Un château sur la carte du tendre

Le château de Ferrand n’a connu depuis le XVIIe siècle où la terre de Ferrand était déjà plantée de vignes protégées par des bois que deux familles propriétaires. Il abrita une femme de lettres de la littérature précieuse, Mademoiselle de Scudéry, auteur de la Carte du Tendre qui séjourna en 1685 en l‘hermitage de Damon-Bétoulaud. Il s’agissait évidemment du château de Ferrand que fit construire Elie de Béthoulaud, philosophe et poète des Lumières, plus connu sous le pseudonyme de Damon. Il avait donné à son château de Saint-Emilion un petit air du Grand Trianon de Versailles. Il fit, c’était dans l’air du temps, creuser à flanc de coteau des grottes truffées de symboles mystérieux qui servirent de cadre à des réunions littéraires et à d’excentriques fêtes qui se déployaient de terrasses en galeries. Sans doute pensait-il, par ces grottes y redessiner une carte du tendre, en l’honneur de sa précieuse amie, Mademoiselle de Scudéry  l’être le plus parfait et le plus délicieux qui soit en la cour de France.

L’homme qui transforma l’eau en vin

Transmise par héritage et par alliances, la terre de Ferrand fut acquise par le Baron Bich en 1978. Capitaine d’industrie, père du fameux stylo Bic, des briquets jetables et autres rasoirs, le Baron décida de vendre sa participation dans des sources d’eau minérale pour sa nouvelle passion, une boisson surtout non jetable issues d’un des plus beaux terroirs de Saint-Emilion.

Après sa disparition en 1994, la propriété revint à ses enfants qui en 2005 en confiaient la direction à leur sœur cadette Pauline et son mari Philippe Chandon-Moët. En 2010, Pauline Chandon-Moët et sa famille ont apporté à la propriété d’importants investissements qui ont permis de moderniser les bâtiments d’exploitation. Ces bâtiments ont été repensés et recréés dans un esprit et une fonctionnalité contemporaine et réalisés par l’architecte Guy Troprès (rénovation d’un chai à barriques ventilé d’environ 400 barriques ; rénovation du cuvier, avec des cuves béton thermorégulées permettant une gestion parcellaire de la vinification ; rénovation des chais de stockage). Investissements récompensés par l’entrée de château de Ferrand dans le classement des Saint-Emilion de 2012 !