Pape Clément (château Pape Clément) Cru Classé des Graves (rouge) Pessac-Léognan (Bordeaux) : le château, situé à Pessac, rive gauche de la Garonne, aux portes de Bordeaux (à 15 minutes du centre), doit son nom à son plus célèbre propriétaire, le pape Clément V (1264-1314) qui reçut ce vignoble en cadeau. On fêtait d’ailleurs récemment le 700e anniversaire des premières vendanges du domaine qui eurent lieu à l’époque de Philippe le Bel. Château Pape Clément est aujourd’hui le fleuron d’un empire de 40 vignobles de part le monde constitué par Bernard Magrez dont 4 crus classés*.

*Outre Pape Clément, le Groupe Bernard Magrez détient château La Tour Carnet (Haut-Médoc Quatrième Cru Classé), château Fombrauge (Saint-Emilion Grand Cru Classé) et dernier de cette liste, château Clos Haut Peyraguey (Premier Cru Classé de Sauternes) acquis en octobre 2012.

Trois parcelles principales

Le domaine s’étend aujourd’hui sur 32,5 ha regroupés principalement en trois parcelles recouvertes d’une grande masse de galets enrobés de sables et d’argiles. Elles se situent sur la plus ancienne de ces terrasses alluviales, appelée nappe des graves pyrénéennes sises sur un sous-sol de calcaires à astéries. A Château Pape Clément, chaque parcelle est exploitée de façon spécifique. En fonction du sol et de l’exposition, la vigne fait l’objet d’un travail adapté pour que la maturation des raisins se fasse de manière lente, régulière et complète. Mais d’abord, faut-il noter ici, la forte teneur en fer du sous-sol et des eaux souterraines qui contribue à la personnalité du terroir. Une explication notamment pour le bouquet épicé et fumé qui signe les vins de château Pape Clément.

Peut-on diviser le vignoble en trois entités :

  • vers l’ouest, des graves ensevelies sous une couche de sables éoliens landais épandus à la fin du quaternaire. Cette couche épaisse de 30 à 50 cm, assure à la vigne une alimentation hydrique rationnée et équilibrée ;
  • à l’est, plus d’argiles capables de mieux retenir l’eau. Les ceps entament ainsi la maturation dans des conditions de stress hydrique modéré, sans être exposés à des phénomènes de sécheresse brutaux ;
  • au nord, les terrasses gravelo-sableuses qui sont particulièrement pauvres en argiles et en matière organiques. Sur ces sols maigres et filtrants, la vigne peut subir un stress hydrique plus marqué.

 A chaque parcelle, un encépagement particulier

Les vignes rouges (30 ha) dont la moyenne d’âge est de 30 ans se répartissent en 60 % de cabernet sauvignon et 40% de merlot. Le cabernet sauvignon est principalement implanté sur les zones graveleuses et gravelo-sableuses. Il donne à l’assemblage l’ossature tannique garante d’un vieillissement avantageux en bouteilles. Mieux adapté aux sols plus argileux, le merlot produit des vins ronds, riches et veloutés, où le fruit mur domine. Les vignes blanches (2,5 ha) sont constituées à 45% de sauvignon, 45% de sémillon et 10% de muscadelle.

  • La production en rouge estimée en moyenne à 100 000 bouteilles.
  • Second vin : Le Clémentin de Pape Clément (rouge).

Autre vin :

  • Château Pape Clément (Graves Blanc) : 9000 bouteilles.

Un pape vigneron

Château Pape Clément doit son nom à l’homme d’église Bertrand de Goth né en 1264. En 1299, il est nommé archevêque de Bordeaux par le pape. C’est à cette occasion qu’il reçoit en cadeau une propriété plantée en vignes à Pessac, alors appelée vignoble de La Mothe. Un vignoble qu’il gèrera jusqu’en 1309 malgré ses charges et son éloignement d’une manière admirable !

En 1305, l’archevêque devient pape et choisit le nom de Clément V. Il est à l’initiative de l’installation pontificale en Avignon. Le 12 Décembre 1309, sa charge pontificale ne lui permettant plus de mener à bien l’entretien de cette vigne, il décide d’en faire don à l’archevêque de Bordeaux, Arnaud de Canteloup. Durant la longue période pendant laquelle le château du Pape Clément est administré par l’archevêché, le modernisme et le progrès technique en font un domaine pilote, dont l’une des particularités a toujours été la précocité des vendanges. C’est sans doute l’un des tout premiers vignobles en France à aligner les ceps en règes (dans la région bordelaise, un rège désigne une rangée de vignes palissées) pour faciliter les labours du sol, ce qui constitua une révolution culturale puisque jusqu’alors les plants étaient disposés en foule dans les parcelles. Après cinq siècles aux mains de l’église, le domaine est sécularisé au moment de la Révolution française.

Le fleuron de Bernard Magrez

Les propriétaires vont alors se succéder et affronter tour à tour à la fin du XIXe siècle : l’oïdium, le mildiou, puis le phylloxera. Parmi eux, Jean Baptiste Clerc, négociant à Bordeaux, qui acquière la propriété en 1858 et en en fait un vignoble modèle. Le château lui doit la médaille d’Or de la Société d’Agriculture de la Gironde et la grande médaille du ministère de l’Agriculture, à l’exposition universelle de 1878, deux distinctions fort convoitées. C’est aussi lui qui fait édifier le château. Pour Bernard Magrez, son actuel propriétaire, château Pape Clément est son vaisseau amiral. Non seulement il l’a acquis il y a près de 40 ans, mais c’est aussi le premier de ses vignobles (et sans doute son préféré) dont il fit avec son complice Michel Rolland, une référence dans les Graves.