Saint-Julien (AOC Saint-Julien) appellation communale du Médoc (Bordeaux) vin rouge : après avoir passé Margaux et en remontant un peu plus au nord, le long de la Gironde, on arrive à Saint-Julien-Beychevelle, au cœur du Médoc. C’est le juste milieu à tous les égards grâce à son micro climat spécifique et son terroir unique, constitué exclusivement de moyennes terrasses de graves. L’appellation s’enorgueillit à juste titre de ses onze crus classés. Elle compte 910 ha soit 6 % du vignoble médocain ce qui en fait  la plus petite appellation communale du Médoc répartie sur 3 communes :

  • Saint-Laurent-Médoc
  • Cussac-Fort-Médoc
  • Saint-Julien-Beychevelle

Entre Margaux et Pauillac

Le vignobles étendu sur deux des six terrasses graveleuses présentes en Médoc repose sur un sous-sol bien drainé, composé de graviers, de galets, de sables et d’argiles. Les vins produits à Saint-Julien (6 millions de bouteilles par an) sont à l’image de leur terroir, entre Margaux et Pauillac. Des premiers, ils tirent délicatesse et élégance, des seconds, plénitude et robustesse. Ils sont en plus reconnaissable à leur bouquet sans égal et leur remarquable aptitude au vieillissement. L’appellation Saint Julien produit indiscutablement les vins les plus homogènes du Bordelais. Le terroir graveleux, très proche de celui de Margaux, toutefois plus argileux, donne naissance à des vins corpulents et denses, avec une grande régularité d’un millésime à l’autre. D’une belle robe de velours aux reflets ambrés, ils sont issus à 55 % de cabernet sauvignon, 35 % de merlot et 10 % de cabernet franc (sans oublier le petit verdot, le malbec et le carmenère en cépages d’appoint).

Le Versailles du Médoc

Après avoir traversée la Grande Jalle, la route des vignobles (la D2) remonte brusquement. Arrivé en haut, on découvre sur la droite la façade classique du château de Beychevelle surnommé le Versailles du Médoc (propriété de Grands Millésimes de France, filiale des Groupes Castel et Suntory), un vignoble exceptionnel de 90 ha de graves garonnaises profondes. Intermède prestigieux avant de pénétrer dans la plus forte concentration de grands crus classés du Médoc : Branaire-Ducru, Ducru-Beaucaillou, les trois Léoville (Barton, Poyferré et Las Cases). Plus loin, le prestigieux château Latour prend le relais pour l’appellation Pauillac.

De grandes propriétés

L’appellation Saint-Julien est marquée par la parfaite homogénéité du sol sur l’ensemble de la commune. L’autre trait qui caractérise ce vignoble est la présence de grandes propriétés sur plus des quatre cinquièmes des surfaces. Une bonne explication à ces 11 crus classés qui réunissent à eux tous 80 % de la production de Saint-Julien. Sans cru bourgeois en 2012, l’appellation recense un crus artisan : Château Capdet.

Les crus classés (1855)

Deuxièmes crus

  • Ducru-Beaucaillou,
  • Gruaud Larose,
  • Léoville Barton,
  • Léoville las Cases,
  • Léoville Poyferré

Troisièmes crus classés

  • Lagrange,
  • Langoa Barton

Quatrièmes crus classés

  • Beychevelle,
  • Branaire-Ducru,
  • Saint Pierre,
  • Talbot.