Vue de l'église Saint Martin de Chablis depuis les vignes - Plus de photos en bas d'article
Vue de l’église Saint Martin de Chablis depuis les vignes sur la commune de Fyé – Plus de photos en bas d’article

Journée printanière ce samedi 11 janvier 2014. Un soleil encore timide caresse les premiers coteaux du Chablisien, porte d’or de la Bourgogne.

Il est tôt ce matin mais la nouvelle s’est déjà propagée ; ça y est, c’est officiel, on vient de l’apprendre entre café et croissant pris au zinc de La Chablisienne, le grand café de la place du Général de Gaulle : les climats de Bourgogne (Côte de Nuits et Côte de Beaune) sont dans la course pour une future inscription au Patrimoine mondial de l’Unesco. Beau doublet puisqu’elle se fera conjointement avec le voisin, les Coteaux, Maisons et Caves de Champagne.

Patience donc jusqu’à l’automne 2014 pour que les deux dossiers français soient étudiés sur place par le Conseil International des Monuments et Sites (ICOMOS). Leur rapport sera ensuite soumis aux délibérations du Comité du Patrimoine Mondial. Il doit se réunir à Berlin pendant l’été 2015.

Le Petit Pontigny
Le Petit Pontigny

Le Petit Pontigny

C’est donc dans une certaine euphorie que va commencer le 28e concours des vins de Chablis organisé par l’Office du Chablis en partenariat avec le Bureau Interprofessionnel des Vins de Bourgogne (BIVB). Le rendez-vous est fixé à 9 h 30 au 1, rue de Chichée, au Petit Pontigny (ancien hôtel Gras, un hôtel particulier du XVIIe siècle ayant appartenu à la famille du général Gras, l’inventeur du fusil portant son nom, qui y mourut en 1901). Il est loué par la commune au BIVB.

Dans la cour d’honneur, un impressionnant pressoir à abattage ! Il semble être là pour rappeler aux membres du jury le travail accompli par les vignerons des quelques 60 domaines que compte Chablis. On juge aujourd’hui les millésimes 2011 pour le Grand Cru et 2012 pour les autres Chablis ; deux années qui furent loin d’être de longs fleuves tranquilles !

87 dégustateurs pour 270 échantillons de Chablis

Sont présents ce jour là sous l’œil attentif de Jean-Pierre Grossot (domaine Grossot à Fleys), l’organisateur du concours, quelques 87 dégustateurs. Particularité de ce concours, les producteurs et négociants de Chablis ne sont pas autorisés à juger des vins qui pourraient être les leurs. Les membres du jury sont donc des journalistes, des restaurateurs, des sommeliers, des courtiers, des œnologues et même, des amateurs éclairés. Ils sont venus déguster, juger 270 échantillons d’un vin blanc connu dans le monde entier*, d’une pureté et d’une minéralité sans équivalent dans toute la Bourgogne. Le Chablis est l’archétype du vin minéral à croire que quelqu’un aurait jeté des cailloux dans le vin ou cette étrange impression de sucer ces mêmes cailloux. La production est d’environ 30 millions de bouteilles par an sur 5000 ha ce qui fait de Chablis le plus grand vignoble et le plus important producteur de vins blancs de Bourgogne. Chablis est à la limite nord de l’expression du cépage chardonnay en Europe. Mais il est vrai que depuis une bonne dizaine d’années, le réchauffement climatique a considérablement contribué à l’évolution qualitative des Chablis d’où ce regain vers un vin qui offre bien des promesses.

*Combien de faux Chablis furent produits dans le monde ? D’ailleurs le nom Chablis est souvent utilisé hors de nos frontières pour chardonnay. Le volume mondial de faux chablis en 2003 était estimé entre 1,3 million et 1,6 million d’hl soit l’équivalent de sept à huit fois la production du vin de Chablis en Bourgogne.

Chablis, 4 appellations pour un seul cépage, le chardonnay

Dès la sortie du bourg, on peut voir les vignes s’étager à flanc de coteau. Elles longent sur 20 km, les deux rives du Serein, petit affluent de l’Yonne, au cœur de la Côte des Bars entre Pontigny au nord-ouest et Poilly-sur-Serein au sud-est. Le vignoble va ensuite s’étendre en profondeur jusqu’à effleurer par le sud, l’autoroute A6 près de Prehy et de Courgis. Chablis est le seul vignoble en appellation à faire expressément référence à sa géologie, celle de l’ère secondaire, Portlandien et surtout Kimméridgien. Cet étage géologique du Jurassique fut formé il y a 150 millions d’années. Ses sols ont la particularité d’être constitués de calcaire marneux contenant en grande quantité des fossiles marins dont la fameuse Ostréa Virgula ou Exogyra Virgula, une petite huître en forme de virgule. Ce sont ces deux étages géologiques qui ont d’ailleurs servi de base pour délimiter les différents terroirs du Chablisien aptes à produire les meilleurs vins, une sélection qui avait commencé dès le XIIe siècle grâce aux moines de l’abbaye de Pontigny située à 15 km de Chablis.

Le Chablis est issu d’un seul cépage, le chardonnay, appelé localement beaunois. Il se décline en quatre appellations, Petit Chablis, Chablis, Chablis Premier Cru et Chablis Grand Cru, toutes les quatre, dans leur catégorie concourent chaque année aux médailles. En fin de journée, on le verra, sur les 270 échantillons présentés, 27 seront récompensés (10 %), preuve de la sévérité des jurés. Cette rigueur est indispensable car les vins médaillés sont ensuite utilisés par le BIVB Chablis pour l’ensemble de ses opérations de communication, en France comme à l’étranger.

Les chaussettes noires

Les choses sont claires : 21 tables de 4 dégustateurs placés selon leur ordre d’arrivée. Ils auront à juger à l’aveugle 12 bouteilles (par table) de l’une des 4 appellations Chablis. Les bouteilles sont là, drapées dans leurs chaussettes noires, une salle toute en longueur, des lumières spécialement adaptées pour la dégustation, un silence de rigueur. On peut donc commencer. A ma table (Grand Cu), la chance a voulu me placer face à Bernard Légland une figure de l’appellation. Il s’était installé en 1976 à Préhy, au domaine des Marronniers (au sud de l’appellation) sur une vingtaine d’hectares. Ses vins, qui furent souvent chroniqués par Jacques Dupont, étaient considérés comme un modèle du genre : nez séveux, épicé, belle bouche avec une note épicée, frais, gourmand, long, finale minérale… Aujourd’hui il a levé le pied et n’étant plus vigneron en exercice, il participe pour la première fois (et avec quelle délectation !), au concours dont il fut l’initiateur il y a une trentaine d’année. Une question le taraude : ce qu’on goûte aujourd’hui en Grand Cru (2011), qu’en sera-t-il dans 10 ans et plus ? Cette question est importante puisqu’un Chablis Grand Cru n’atteint sa plénitude que vers 10 ans. Deux heures plus tard, tout est jugé, commenté et souvent regoûté. On fait les moyennes et on rend les copies. Nous laissons alors la place au super jury qui à partir de notre première sélection, attribuera les médailles finales.

Les résultats furent proclamés par Egmont Labadie…
Les résultats furent proclamés par Egmont Labadie…

And the winner is…

Comme partout en Bourgogne quand il s’agit d’honorer le vin (et surtout à l’approche de la Saint Vincent), tout se termine en ripailles sous les voutes du cellier du Petit Pontigny entièrement restauré en 1992 ; un endroit historique occupé aujourd’hui par le BIVB. À Chablis c’est la seule dépendance encore debout construite au XIIe siècle par les moines cisterciens de l’abbaye de Pontigny (à la même époque que le Clos de Vougeot) pour vinifier et entreposer leur vin. Quant aux vins bus ce jour là, les viticulteurs avaient sorti leurs grandes bouteilles assorties de quelques flacons de légendes pour accompagne un buffet à toute épreuve dont une tourte à l’Epoisses et aux pommes de terre. Les résultats furent proclamés par Egmont Labadie, journaliste du vin et de la gastronomie, présidant cette 28ème édition du Concours des Vins de Chablis.

I/ Petit Chablis, les médaillés 2014 (millésime 2012)

Le vignoble couvre 884 ha* majoritairement situé en haut de côte ou sur l’amorce du plateau sur les sols les plus calcaires à 250 m d’altitude en moyenne. Le rendement est limité à 60 hl/ha et la production tourne autour de 6,2 millions de bouteilles par an.

*La surface délimitée de l’appellation est de 1562 ha. Il reste donc encore beaucoup de marge.

Médaille d’Or

  • Domaine WILLIAM FEVRE – Chablis
  • DAUVISSAT Jean Père et Fils – Milly

Médaille d’Argent

  • Domaine SERVIN – Chablis

Médaille de Bronze

  • La CHABLISIENNE – Chablis
  • Domaine Charly NICOLLE – Fleys
  • Domaine Sébastien DAMPT – Milly

Nominés

  • Agnès et Didier DAUVISSAT – Beine
  • Domaine Jean COLLET – Chablis
  • LAMBLIN et Fils – Maligny
  • Domaine Rolland LAVANTUREUX – Lignorelles
  • Domaine Alain GEOFFROY – Beine
  • Domaine du COLOMBIER – Fontenay Près Chablis.

II/ Chablis, les médaillés 2014 (millésime 2012)

L’appellation Chablis est plantée sur 3126 ha (pour une surface délimitée de 4420 ha) occupant des coteaux exposés au nord et à l’est et sur les plateaux. La majorité des terrains sont composés de calcaires et de marnes à Exogyra virgula. Ils sont recouverts de cailloutis provenant de plus haut, des calcaires durs du Portlandien. Le rendement est limité à 60hl/ha. Le terroir ici apporte fraîcheur, minéralité, finesse et complexité. La production est estimée à 21 millions de bouteilles.

Médaille d’Or

  • Domaine de CHANTEMERLE – La Chapelle Vaupelteigne

Médaille d’Argent

  • Domaine GAUTHERON Alain et Cyril – Fleys

Médailles de Bronze

  • Domaine Jean COLLET – Chablis
  • Domaine VOCORET et Fils – Chablis
  • Domaine Daniel SEGUINOT et Filles – Maligny
  • Domaine de la MOTTE – Beine
  • Domaine Charly NICOLLE – Fleys

Nominés

  • Isabelle et Denis POMMIER – Poinchy
  • Domaine Pascal BOUCHARD – Chablis
  • Domaine Sébastien DAMPT – Milly
  • Domaine CHRISTOPHE et Fils – Fyé
  • Château de VIVIERS – Nuits Saint Georges
  • Domaine SAVARY – Maligny

III/ Chablis Premier Cru, les médaillés 2014 (millésime 2012)

Cette appellation qui couvre 762 ha (environ 15 % de la surface du vignoble chablisien) sur les coteaux exposés principalement au sud-ouest et au sud-est se répartit en 79 lieux-dits regroupés en 40 climats sur sol calcaire kimméridgien. Une vingtaine sont à retenir (Mont-de-Milieu, Montée-de-Tonnerre, Fourchaume, Vaillons, Montmains, Vaucoupins, Côte de Léchet…). le rendement est limité à 58 hl/ha. Ce sont des vins nerveux et sec, de couleur jaune vert brillant : « la fin de bouche est longue, à la fois fruitée et minérale, finement miellée, lorsque le vin a un peu évolué ». Ils peuvent se garder de 5 (ils sont alors à leur apogée) à 10 ans. La production annuelle est d’environ 5,7 millions de bouteilles.

A/Chablis Premier Cru 2012, Rive Droite :

Médaille d’Or

  • Domaine PINSON Frères – Mont de Milieu – Chablis

Médailles d’Argent

  • GARNIER Jérôme et Xavier – Mont de Milieu – Ligny le Chatel
  • SIMONNET-FEBVRE – Fourchaume – Chitry le Fort

Médaille de Bronze

  • Domaine Jean-Paul & Benoit DROIN – Montée de Tonnerre – Chablis

Nominés

  • Domaine LONG DEPAQUIT – Les Vaucopins – Chablis
  • La MEULIERE – Les Fourneaux – Fleys
  • Domaine GAUTHERON Alain et Cyril – Vaucoupin – Fleys
  • Corinne et Jean-Pierre GROSSOT – Les Fourneaux – Fleys
  • Domaine Rolland LAVANTUREUX – Fourchaume – Lignorelles
  • Domaine Jean-Paul & Benoit DROIN – Mont de Milieu – Chablis
  • Domaine Alain GEOFFROY – Fourchaume – Beine
  • Domaine WILLIAM FEVRE – Vaulorent – Chablis
  • La CHABLISIENNE – Vaulorent – Chablis
  • Domaine SERVIN – Montée de Tonnerre – Chablis
  • La CHABLISIENNE – Montée de Tonnerre – Chablis
  • Domaine WILLIAM FEVRE – Montée de Tonnerre – Chablis
  • Domaine Jean-Paul & Benoit DROIN – Fourchaume – Chablis
  • Domaine Pascal BOUCHARD – Mont de Milieu – Chablis
  • Domaine Charly NICOLLE – Mont de Milieu – Fley

B/Chablis Premier Cru 2012, Rive Gauche

Médailles d’Or

  • Domaine PINSON Frères – Montmains – Chablis
  • Domaine de la MOTTE – Vau Ligneau – Beine

Médailles d’Argent

  • Claude CHEVALLIER – Montmains – Montallery
  • Domaine Daniel DAMPT et Fils – Côte de Léchet – Milly

Médailles de Bronze

  • Domaine Bernard DEFAIX – Les Lys – Milly
  • Domaine LAROCHE – Les Vaudevey – Chablis

Nominés

  • Domaine LAROCHE – Les Montmains – Chablis
  • Domaine LONG DEPAQUIT – Les Beugnons – Chablis
  • Domaine du CHARDONNAY – Vaillons – Chablis
  • LAMBLIN et Fils – Vaillons – Maligny
Chablis
Chablis vue de la colline des grands crus

IV/ Chablis Grand Cru, les médaillés 2014 (millésime 2011)

Chablis Grand Cru. Une seule appellation sous une réelle unité géographique et géologique (calcaires et marnes à Exogyra virgula) illustrée par 7 magnifiques climats connus par les amateurs du monde entier : Blanchot (12,93 ha), Bougros (15,79 ha), Les Clos (28,39 ha), Grenouilles (9,38 ha), Preuses (11,43 ha), Valmur (11,04 ha), Vaudésir (14,49 ha). Ils se situent sur la commune de Chablis et les villages de Fyé et Poinchy. Cette vaste parcelle en forme de croissant dont la longueur ne dépasse pas 2 km couvre 106 ha (2 % du vignoble Chablisien) d’un seul tenant qui surplombe Chablis (rive droite du Serein). Elle jouit d’une exposition remarquable au sud-ouest entre 130 et 215m d’altitude. Les 7 climats offrent des vins exceptionnels d’une couleur or-vert évoluant vers le jaune. Ils sont très marqués par des arômes minéraux de silex, de pierre à fusil qui se mêlent à des notes de tilleul, de fruits secs et d’amande. Au palais, l’équilibre est parfait entre acidité et gras, entre le vif et le sec. Ce sont des vins de garde, 10 ans serait leur apogée (jusqu’à 15 ans et quelque fois plus). La production annuelle dépasse rarement les 700 000 bouteilles.

Médaille d’Or

  • La CHABLISIENNE – Les Preuses – Chablis

Médailles d’Argent

  • Domaine WILLIAM FEVRE – Bougros – Chablis
  • Domaine Jean-Paul & Benoit DROIN – Grenouilles – Chablis

Médaille de Bronze

  • Domaine SERVIN – Bougros – Chablis

Nominés

  • Domaine du COLOMBIER – Bougros – Fontenay Près Chablis
  • Domaine Jean-Paul & Benoit DROIN – Les Clos – Chablis
  • Domaine LONG DEPAQUIT – Les Clos – Chablis
  • Domaine SERVIN – Les Preuses – Chablis
  • Domaine Jean-Paul & Benoit DROIN – Valmur – Chablis
  • Domaine SERVIN – Les Clos – Chablis
  • LAMBLIN et Fils – Vaudesir – Maligny
  • Domaine Rolland LAVANTUREUX – Vaudesir – Lignorelles

Le devoir accompli

Il est 15 h. Les résultats du concours sont maintenant connus. Il fait encore doux, le soleil est là. Je vois disparaître la haute silhouette légèrement voutée de Bernard Légland mon compagnon de dégustation. Il rejoint sa maison du centre avec la satisfaction du devoir accompli. Ses vignes sont entre de bonnes mains. Avec sérénité, il peut maintenant juger, critiquer, admirer le vin des autres.

Il nous reste à traverser ce gros village de 2700 âmes détruit en partie par les Allemands en 1940, s’arrêter peut être devant la boutique des incontournables andouillettes de Chablis, franchir les deux ponts sur le Serein, faire face à droite à la Montée de Tonnerre ou bien prendre plus à gauche l’un de ces nombreux petits chemins qui gravissent les vignes vers Blanchot, un nom qui viendrait de la blancheur du sol. On dit que c’est ici que sont produits les vins les plus subtils de la côte. Juste à côté, les Clos. Il s’agit du plus renommé et du plus vaste des 7 climats avec un sol particulièrement riche en marnes et calcaire du kimméridgien. Partout, de grosses citernes de gaz jalonnent les parcelles, un rappel que les gelées printanières sont toujours à craindre au moment du débourrement de la vigne.

Les Preuses à l’honneur

De là, face à Chablis, à l’aplomb du Serein la côte des grands crus aligne ses 5 autres climats : Valmur, Grenouilles, Vaudésir, Les Preuses. C’est ce dernier qui vient de voir son vin (millésime 2011) sous l’étendard de la Chablisienne (la célèbre coopérative) décroché la médaille d’or du concours 2014 des vins de Chablis. Et tout au bout, comme pour clore cet incroyable mosaïque de grands crus, Bougros à la pointe ouest /sud-ouest termine sa course le nez presque plongé dans le Serein.

Note de dégustation du médaillé d’or 2014

Les Preuses 2011, Grand Cru (la Chablisienne) est un vin élevé pendant 20 mois sur lies fines, en cuve et en petits fûts. Ce millésime 2011 offre un vin jeune, encore discret et un peu ferme. Il demande une année pour se révéler complètement. Sa minéralité est subtile et délicate.

  • Robe jaune pâle lumineuse.
  • Nez de menthe fraiche agrémentée de notes beurrées et vanillées dues certainement à l’élevage en futs. Le second nez laisse poindre des notes de pain d’épices.
  • En bouche tout en finesse, une vraie dentelle. La bouche riche et gourmande rappelle le nez avec une dominante de cannelle qui donne une impression généreuse et flatteuse. Son équilibre acidité et richesse laisse augurer d’un potentiel de garde avantageux.
  • Potentiel de garde : vin qui peut vieillir facilement une dizaine d’années et qui aujourd’hui fait état d’une jeunesse prometteuse.
  • Alliance gastronomique : il peut accompagner les poissons en sauce curry, le foie gras et les fromages.