Bilan de ces 3 dernières années, 2012, 2013 et 2014 : après une année 2012 marquée par de faibles rendements (1,3 million d’hl contre 1,58 million en 2011), 2013 n’a pu aider à refaire les stocks qui sont historiquement bas face notamment à une forte demande à l’exportation.

Gevrey-Chambertin
La Bourgogne Côte de Nuits à Gevrey-Chambertin

2013, une année difficile…

2013 a été loin de remplir les caves. L’année fut difficile, le printemps exécrable et des rendements faibles avec un niveau qualitatif très hétérogène. La maturité, malgré un été ensoleillé et des vendanges tardives est restée relativement modeste (entre 11 et 12°). Il a souvent fallu chaptaliser, une habitude qui s’était pourtant perdue ces dernières années. Si à Chablis la production a chuté de 14 %, pour d’autres l’année fut pire voire catastrophiques à Pommard, Volnay, Meursault, Savigny-lès-Beaune notamment dont les vignobles subirent en juillet d’importants orages de grêle (1350 ha ravagés).

et des rendements faibles

Qui dit rendement faible dit bien souvent qualité favorisée par des grappes plus petites ou moins nombreuses. Le millésime est donc plutôt bon avec des vins équilibrés et étonnamment colorés qui dévoilent une réelle pureté aromatique. Beaucoup vendent aujourd’hui plus qu’ils ne produisent en puisant tout simplement dans leurs stocks. Une situation qui évidemment ne peut durer ! 2013  a produit 1,45 million d’hectolitres soit 193 millions de bouteilles. Cette production correspond à 3 % de la production de vins en France et 0,4 % de la production mondiale

2014, plein de promesses

Attention aux années en 4 synonyme de millésime difficile. Heureusement, ce n’est pas le cas pour 2014 malgré une météo capricieuse mais suivie d’un dénouement heureux. Le printemps fut presque parfait inaugurant un beau millésime. Mais la grêle frappa le vignoble bourguignon le 28 juin entre Meursault et Beaune et cela pour la troisième année consécutive.Elle détruisit de nombreuses parcelles en Côte de Beaune ( Meursault, Pommard, Volnay…) épargnant les grands crus du Montrachet, de Corton, et de la Côte de Nuits. Il n’y eut pas d’été. L’humidité fit d’ailleurs craindre à la fin du mois d’août la pourriture grise. Puis, ce fut un mois de septembre miraculeux, un temps clair et ensoleillé qui précéda les vendanges et qui persista pour parfaire la maturation du raisin.

Vendanges à Meursault
Les vendanges à Meursault (Côte de Beaune) Photo de Thierry Gaudille

Un très bon niveau qualitatif

Roland Masse
Roland Masse Régisseur du domaine viticole des Hospices de Beaune

Roland Masse, régisseur  du domaine viticole des Hospices de Beaune et qui vivait à ce poste ses dernières vendanges ne peut que se féliciter : les vins blancs dit-il récoltés mi-septembre sont racés, précis, d’une belle fraîcheur et le début de l’élevage semble prometteur pour l’avenir. Les grands crus rouges sont d’un bon niveau. Belles robes vives, tannins fins, rondeur et équilibre, longueur et complexité dans l’élégance. Conclusion, un millésime 2014 chaotique par sa météo mais qui va finalement se révéler d’un très bon niveau qualitatif !

La production des bourgognes 

  • 62 % de vins blancs
  • 30 % de vins rouges (et rosés)
  • 8 % de crémant de Bourgogne

Répartition par type d’appellation

  • 1 % en appellations grands crus,
  • 48,3 % en appellations villages et premiers crus,
  • 50,6 % en appellations régionales, soit 6,5 % de la production française des VQPRD (Vin de qualité produit dans une région déterminée). Cette dénomination européenne regroupe entre autre, nos AOC.

Répartition par principaux cépages

  • 48 % de chardonnay (blanc),
  • 34 % de pinot noir (rouge),
  • 6 % d’aligoté (blanc),
  • 10 % de gamay (rouge) : Coteaux Bourguignons, Bourgogne Passetoutgrain et Mâcon,
  • 1 % de sauvignon (blanc) pour exclusivement l’appellation Saint-Bris.

Composition du vignoble bourguignon

  • Surface en production : 28 715 ha soit 3 % du vignoble français et 2 % des surfaces agricoles exploitées en Bourgogne.

Les appellations

Clos Vougeot
Le Clos Vougeot dans la Côte de Nuits

Sur 100 appellations différentes soit 22 % des AOC françaises, on trouve :

  • 33 en appellations grands crus,
  • 44 en appellations villages et premiers crus,
  • 23 en appellations régionales.

L’entreprise vin en Bourgogne

45 200 emplois sont générés directement ou indirectement par le vin soit 7 % de l’emploi total en Bourgogne dans notamment :

  • 3 949 domaines viticoles dont 1 131 embouteillent et commercialisent plus de 10 000 cols,
  • 300 maisons de négoce,
  • 19 caves coopératives.

Le marché du vin

Le vin représente 3,5 % du PIB de la Bourgogne. Sur les 193 millions de bouteilles commercialisées, 48 % sont exportées pour un chiffre d’affaire de 1,46 milliard d’€ soit 3 % des échanges mondiaux de vins en valeur.

(Sources : Douanes/IRI/BIVB/DRAF)