Les vins de Savoie sont blanc, rouge, rosé, pétillant. Cette région est la plus récemment rattachée à la France. Elle le fut par le traité de Turin en 1860. Si le vignoble est antérieur à la colonisation romaine, il nous offre encore aujourd’hui une multitude de petits terroirs d’altitude implanté en coteaux, le plus souvent sur les anciennes moraines glaciaires ou sur des éboulis (sols caillouteux). Le climat est partagé entre influences océaniques au nord et méditerranéennes au sud avec des jours de gel fréquents et seuls les cépages locaux peuvent résister à ces baisses de températures. Une telle diversité a su s’exprimer par nombre de crus locaux dont le nom vient s’ajouter à l’appellation Vin-de-Savoie (Apremont, Abymes, Chignin, etc.). Les 1800 ha du vignoble, bien souvent accroché à flanc de montagne entre 250 et 500 m, se répartissent sur 2 départements principaux (la Savoie et la Haute-Savoie) et 2 départements en marges (l’Isère et l’Ain).

  • La Savoie concentre 80 % du vignoble soit 1550 ha. Il couvre ici les premières côtes de la rive gauche du Rhône (Chautagne) ; le versant occidental de la montagne du Chat (Marestel, Monthoux) ; le Val du Bourget et la cluse de Chambéry avec Monterminod, Saint-Joire, Chignin, Bergeron, Apremont, Abymes jusqu’à déborder sur l’Isère (130 ha) ; la rive droite de la Combe de Savoie (Montmélian, Arbin, Cruet et Saint-Jean-de-la-Porte).
  • La Haute-Savoie : le vignoble qui représente une centaine d’hectares est éclaté sur la rive sud du Léman (Ripaille, Crépy, Marignan et Marin) ; la côte d’Arve (Ayze) ; la vallée des Usses (Frangy) et au bord du Rhône (vignoble de Seyssel partagé avec l’Ain).

Le climat est rude. Les températures moyennes sont faibles, malgré des arrière-saisons chaudes. La majeure partie du vignoble se regroupe au sud de Chambéry. Les vins blancs constituent plus des 2/3 de la production annuelle.

23 cépages dénombrés

Sur les 23 cépages dénombrés, la plupart sont d’origine locale. Les vins blancs sont issus de l’altesse (roussette de Savoie), qui aurait été importée en Savoie à l’époque des croisades et proviendrait de l’Île de Chypre. Aimant les terrains pentus, elle donne des vins riches en bouche, ronds, souples, aux arômes épicés. La jacquère est un cépage rustique offrant des vins légers et perlants. C’est au sud de Chambéry, sur les pourtours du mont Granier, qu’elle est le meilleur, comme l’Apremont et le cru des Abymes, un vignoble implanté sur les éboulis de l’effondrement en 1248 d’une partie du Mont Granier dominant la vallée, qui ensevelit plusieurs villages et fit des milliers de victimes. Le bergeron ou roussanne, donne à la Savoie, dans la région de Chignin, sans doute l’un de ses meilleurs vins, au bouquet somptueux et vieillissant bien. Le chasselas, dit fendant roux ou vert ou bon blanc, est à l’origine de vins précoces, des vins secs et fruités, cultivés en bordure du lac Léman. Les vins rouges proviennent essentiellement de la mondeuse, du gamay ou du pinot noir. Sur ces vignobles d’altitude, ils donnent des vins fruités et légers.

Le hit parade des cépages savoyards

En blanc

  • Premier toutes catégories, le jacquère. C’est le plus répandu de Savoie. Il occupe environ 50% du vignoble. Il règne sur six crus dont les plus importants se situent dans la cluse de Chambéry (Apremont, Abymes, Chignin, St-Jeoire-Prieuré), en Combe de Savoie (Cruet) et à l’ouest du lac du Bourget (Jongieux). Il donne des vins à la robe pâle, tout en fraicheur, avec un léger perlant. La gamme aromatique se décline sur des notes minérales et de fleurs blanches.
  • L’altesse représente 10 % du vignoble mais ses superficies s’accroissent. On peut la trouver sous le nom de Roussette et Roussette avec un nom de crus (comme Roussette de Savoie Cru Monthoux, Roussette de Savoie Cru Marestel, etc.). L’altesse permet d’élaborer des vins complexes, floraux et fruités combinant à la fois richesse et fraîcheur. Ses vins peuvent se garder plusieurs années.
  • Le chasselas constitue 5 % du vignoble de Savoie et occupe la quasi-totalité du secteur du Lac Léman (Crépy, Marignan, Marin et Ripaille). Ses vins sont dotés d’arômes de beurre frais, de pain grillé, et de fruits secs.
  • La roussanne représente seulement 4 % du vignoble et se répartis sur les coteaux de Tormery, hameau de Chignin, Francin et Montmélian. Elle produit le Chignin-Bergeron (monocépage), vin gras aux arômes puissants de fruits mûrs, d’abricot, de coing et aux notes miellées.

En rouge

  • Curieuse mondeuse ! Elle couvre 12 % de la surface viticole savoyarde. Elle est portée par deux crus Arbin et Saint-Jean-de-la-Porte. Coloré et tannique, aux arômes d’épices, poivre blanc et de fruits noirs (cassis), elle donne des vins de garde qui peuvent largement dépasser une décennie. Elle est connue dans le frioul (Frioul-Vénétie julienne en Italie) sous le nom de refosco. Elle serait originaire de Savoie. Pourtant, certains ampélographes (spécialistes des cépages) rattacheraient la mondeuse à la syrah. C’était avant le phylloxéra le cépage rouge le plus répandu en Savoie, un cépage très résistant qui se développe sur des éboulis argilo-calcaires. Il fournit des vins tanniques, robustes, riches en arômes et qu’un passage en fûts rend incomparable les dotant de toutes les qualités pour bien vieillir. Sa réhabilitation en Savoie date des années 1980. Elle fut l’œuvre de Michel Grisard, du domaine du Prieuré Saint-Christophe.
  • Le gamay s’étend sur 15% du vignoble et s’est bien accoutumé sur les crus de Chautagne et de Jongieux. Il donne des vins friands et très parfumés qui s’apprécient sur le fruit dans leurs jeunesses.

La répartition des cépages autorisés

En Savoie : aligoté, altesse, gamay, jacquère, mondeuse, pinot gris, pinot noir, velteliner, chardonnay, persan, roussane, cabernet franc, cabernet sauvignon, merlot et mondeuse blanche. Cépages secondaires : gamay teinturier de Bouze, gamay teinturier de Chaudenay.

En Haute-Savoie : aligoté, altesse, gamay, jacquère, mondeuse, pinot gris, pinot noir, velteliner, chardonnay, chasselas, gringet (qui n’est pas le savagnin jurassien contrairement aux idées reçues), roussette d’Ayze, molette et mondeuse blanche. Cépages secondaires : gamay teinturier de Bouze, gamay teinturier de Chaudenay.

Les appellations de Savoie

I/AOC Vin-de-Savoie (ou AOC Savoie)

L’appellation Vin de Savoie peut être complété par une dénomination géographique :

En blanc

  • Abymes (avec 80% minimum de jacquère)
  • Apremont (idem)
  • Chignin (idem)
  • Chautagne (idem)
  • Cruet (idem)
  • Jongieux (idem)
  • Montmélian (idem)
  • Saint-jeoire-prieuré (idem)
  • Crépy (avec 80% minimum de chasselas)
  • Marin (idem)
  • Marignan (idem)
  • Ripaille (idem)
  • Chignin-bergeron (issu exclusivement de la roussanne)
  • Ayse (Gringet)

En rouge

  • Arbin (mondeuse uniquement)
  • St-Jean-de-la-porte (idem)
  • Chautagne (ensemble des cépages possibles)
  • Chignin (idem)
  • Jongieux (idem)

En rosé

  • AOC Savoie rosé : pas de dénomination géographique (ensemble des cépages).

En pétillant

  • AOC Savoie Méthode traditionnelle : L’Ayse (cépage Gringet et Roussette d’Ayse).

II/AOC Roussette de Savoie (un seul cépage, l’altesse) pouvant être complétée par une dénomination géographique :

  • Frangy
  • Marestel
  • Monthoux
  • Monterminod

L’AOC Roussette de Savoie représente 3 % de la production savoyarde.

III/AOC Seyssel.

En blanc : 100% cépage Altesse et en méthode traditionnelle : assemblage de cépages Molette et Altesse (10% minimum).

La Savoie en chiffres

La savoyarde est la bouteille des vins de Savoie. Ce flacon est un compromis original entre la véronique et la bourguignonne. Elle est marquée de la croix de Savoie à l’épaule. La Savoie regroupe 600 viticulteurs et une dizaine de maison de négoce. Parmi les viticulteurs, 300 sont des producteurs récoltants et les 300 autres sont adhérents à l’une des trois caves coopératives. La production est de l’ordre de 130 000 hl.